Jeune libertin

Le coup de gueule d’un jeune libertin

Le coup de gueule d’un jeune libertin

Certains libertins adorent le voyeurisme, ils adorent les fantasmes restant uniquement des fantasmes, fantasmer, être frustré de n’avoir que des fantasmes car ça excite l’imagination.

En ce qui me concerne, je déteste tout ça: regarder sans pouvoir jouer, c’est de la torture.

J’adore le sexe, j’adore vivre des aventures libertines. Et même si je dois faire des efforts pour séduire ces dames, je refuse de continuer à partir du moment où mes efforts ne sont pas vus, à partir du moment où ces dames se lassent et privilégient le fantasme pour aller voir ailleurs et jouer concrètement ailleurs.

En principe, je ne dirais rien, mais le fait que ces dames se contredisent pour de vulgaires codes et critères, ça m’énerve: le libertinage, je le vie avec passion, avec désir, avec complicité, avec réciprocité, je ne le vie pas pour fantasmer et exciter une quelconque frustration.

Autant les libertins qui adorent cela, je respecte leur choix et je les respecterai pour cela ad vitam eternam. Mais dans mon cas, hors de question de suivre les moutons: je suis un homme libre qui vit sa sexualité comme il l’entend.

Peut-être que certains et certaines d’entre vous vont rire, se foutre de ma gueule, dire que je suis pathétique et lâche, peu importe: aucun d’entre vous m’enlèvera ce que je suis.

Dans le fond, qui est pathétique et lâche ? Le jeune libertin ayant seulement 4 ans d’expérience, assumant sa liberté et refusant de suivre les codes pour vivre passionnément le libertinage ? Ou bien le libertin et la libertine ayant des décennies d’expérience, suivant les codes mais ayant une mentalité, un comportement, une attitude relevant du mépris et de la condescendance ?

Oui, je suis jeune. Oui, j’ai peu d’expériences en terme d’années. Oui, ma sexualité et ma libido ne cessent de s’emballer chaque semaine, chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde. Oui, je veux tout pratiquer et recommencer encore et encore pour prolonger le plaisir. Oui, je veux être l’amant régulier de beaucoup de femmes mariées. Mais jamais de ma vie je ne céderai à la bergerie et aux codes pour au final ne plus rien faire. »

A lire également : Initiation à la fécondation pour Madame, L’aftersex de Clarisse

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *