cadeau Noel coquin

Un cadeau de Noel coquin pour ma copine

Un cadeau de Noel coquin pour ma copine

Depuis quelques années, je vis avec Bérangère (quelle idée ce prénom…), une jeune trentenaire rencontrée lors d’un séminaire d’entreprises.

Nous sommes cadres tous les deux et nous vivons confortablement dans un grand appartement proche de nos lieux de travail à proximité de l’aéroport de Roissy.

Je suis plus âgé de quelques années et il a été convenu avec Bérangère que :

  • Nous avions le temps de faire des enfants,
  • Nous étions libres d’aventures extra conjugales mais à la condition de ne pas nous attacher et de nous les raconter ensuite,
  • Nous aimions les jeux de l’amour avec quelques variétés coquines comme les sextoys et autres gadgets.

Bref, nous étions ce qu’il est convenu d’appeler : « des adultes sexuellement libérés » !

Nous étions abonnés à plusieurs revues de charme qui publient des textes érotiques et des articles de fond sur la sexualité que nous lisions ensemble sur le sofa du salon ou dans notre lit.

Généralement, cela ouvrait les portes d’une partie de jambes en l’air avant de nous endormir.

Cela nous suffisait et je n’étais pas tenté d’emmener ma copine dans des clubs échangistes comme ceux que je fréquentais avant de la rencontrer.

Un soir, Bérangère avait, semble t’il, été particulièrement intéressée par un article qui parlait d’un gadget qui était (d’après l’article) de plus en plus en vogue dans les clubs coquins… une machine infatigable capable de satisfaire la libido la plus effrénée d’une femme ou d’un homme.

Sur le moment, je n’avais pas fait de commentaire mais profitant d’un rendez-vous dans Paris, je m’étais rendu dans un sex-shop pour voir si je ne pouvais pas trouver ce genre d’article.

Il y avait de nombreuses poupées imitant presque parfaitement LA FEMME et avec lesquelles on pouvait se satisfaire, certaines étaient même dotées d’un système massant au niveau du sexe. Cela ne m’intéressait pas… Bérangère me suffisait amplement… Elle était ardente et inventive…

Bien évidemment, je ne trouvais rien qui ressemblait à ma recherche…

Voyant mon air dépité, le gérant du magasin m’interrogea et me dit que sous quinze jours, je pouvais avoir ce que je cherchais ! Il m’ même présenté un dépliant publicitaire décrivant plusieurs machines et j’arrêtai mon choix !

GENIAL !  En plus, le colis pouvait être livré à domicile la veille de Noël !

Le 25 au matin, nous avons joué le jeu et bien que n’étant plus des enfants depuis longtemps, nous avons découvert les cadeaux qui nous attendaient au pied de sapin avec ceux destinés à nos quatre neveux et nièces qui ne manqueraient pas de venir nous voir dans l’après midi…

A peine entrés dans l’adolescence, ils formaient une joyeuse bande et ils aimaient se retrouver chez nous pour se raconter librement leurs histoires…

Voyant la taille de son colis emballé dans du papier neutre mais avec plein de rubans multicolores, Bérangère s’est exclamée :

  • Le père Noël doit s’être trompé d’adresse… Un tel colis ne doit pas être pour moi !
  • Ouvres…et tu verras bien ! Mais je ne pense pas… Les cadeaux de nos neveux et nièces sont bien étiquetés !

Et quelques minutes après, la surprise était déballée !

  • Mais… qu’est-ce que c’est ? à quoi cela va me servir ?
  • Souviens-toi… Il y a quelques temps tu avais semblée intéressée par un article publié au sujet de ces machines !
  • Oui… Bien sur… mais de là à m’en offrir une…
  • Et bien nous allons l’essayer ! Je pense que comme tous les matins tu es un peu en manque de jouissance ?
  • Oui… ce n’est pas ta levrette de cette nuit après le diner qui me suffit !
  • Bien… voyons cet objet de plus près !

En fait, il s’agissait d’une sorte de gros coussin recouvert de velours, un peu allongé et dont les extrémités s’élargissaient pour la stabilité. Au centre il y avait une fente qui permettait d’atteindre le mécanisme. D’après la notice, on pouvait y fixer différents accessoires… en fait, des sexes masculins factices de plusieurs tailles dont un double. En plus, il y avait une télécommande sans fil avec plusieurs positions de réglage.

  • Mais tu es devenu fou… je n’utiliserai jamais un tel appareil !
  • Je pense que lorsque tu l’auras essayé, tu changeras d’avis. Les commentaires des utilisatrices publiés sur la toile sont sans ambigüité : toutes sont d’accord pour dire que cette machine est géniale !
  • Bon, je veux bien… Finissons de l’installer… Tu tiendras la télécommande !
  • NON… cette machine est pour toi… à toi de l’utiliser à ta guise !
  • Fixe d’abord ce gode… il a à peu près la même taille que ta bite, les autres sont soit trop petit ou monstrueux !
  • Effectivement, le petit doit servir pour une sodomie… sa taille semble un peu juste pour ta chatte gourmande !

Dès que le gode choisi a été en place, jaillissant au centre du coussin, Bérangère a actionné la télécommande pour explorer les divers modes de fonctionnement avant de couvrir le gode d’un préservatif comme cela était conseillé. Puis elle a chevauché la machine.

  • Ne me regarde pas !
  • Mas si, je veux te voir… actionne la commande comme tu le sens…
  • Humm… c’est bon… je sens les vibrations du moteur qui montent dans ma chatte ! Humm… maintenant, je fais coulisser le sexe dans le mien… Il va et vient… Humm… c’est chaud… C’est bon…
  • J’étais sur que tu apprécierais…
  • Regarde… Je suis sure que tu vois comment le gode entre dans ma chatte !

Et là Bérangère a ôté sa nuisette et m’est apparue dans la splendeur de sa nudité…

Waouh… qu’elle était belle ainsi, le visage transfiguré par le plaisir, les tétons dressés sur ses jolis petits seins…

Et cela ne me laissait pas insensible… Je bandais comme un taureau en rut dans mon boxer…

  • Approche toi… je vais te sucer pendant que ta machine me baise… elle est infatigable… J’ai déjà manqué de jouir deux fois…
  • Oui, j’ai vu… tu as ralenti l’allure pour laisser redescendre ton plaisir naissant !
  • Viens que je te suce…

Je ne vous dis pas avec quels délices j’ai baisé la bouche de ma copine, allant et venant au gré de mon envie entre ses lèvres pendant qu’elle actionnait le gode qui allait et venait dans sa chatte…

Quand j’ai déversé dans sa bouche et sur sa poitrine d’abondants jets de sperme, elle a mis la machine en fonctionnement maximum et n’a pas tardé à me rejoindre dans la jouissance…

  • MERCI mon amour… c’est encore mieux que les godes vibrants !

A lire également : Fellation double effet , Jamais sans ma lingette

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *