Trio libertin avec une femme enceinte

Trio libertin avec une femme enceinte

Trio libertin avec une femme enceinte

Ce récit est une fiction partielle écrite avec les confidences de cette jeune femme en août 2000. A l’époque, elle était enceinte, à quelques semaines du terme, et elle s’exhibait sans vergogne dans des clubs échangistes où son état lui valait, selon elle, un succès indéniable. C’est Kelly qui raconte !

J’aime m’exhiber et me caresser !

Aussi loin que peuvent remonter les souvenirs de mon adolescence, j’ai toujours aimé caresser mes seins et mes parties intimes.

Cela a commencé à presque 14 ans de façon tout à fait fortuite sous la douche alors que j’étais en camping naturiste avec mes parents sur la Côte charentaise dans la région de Royan. Je m’étais mise nue pour me doucher et faire partir le sel et le sable collé à ma peau avant de me mettre au lit.

J’enduisais mon corps d’une épaisse mousse onctueuse et parfumée avec mes mains. Quand je suis passée sur mes seins qui déjà étaient bien galbés pour mon âge, j’ai découvert mes tétons dressés au milieu des aréoles et un immense frisson m’a parcouru tout le long du dos et laissé une boule lourde et chaude dans mon ventre.

C’est ainsi que j’ai pris conscience de ces endroits sensibles et il ne se passait plus une semaine sans que je me caresse jusqu’à ce que la jouissance m’emporte.

Plus tard, quand j’ai fait l’amour avec des garçons, j’aimais que lors des préliminaires, ils me caressent les seins pour faire sortir les bourgeons au centre de aréoles et qu’ils pensent aussi à ma chatoune, toujours prête à s’ouvrir pour peu qu’on la cajole un peu.

En devenant adulte, j’ai continué de grandir. Je suis désormais une jeune femme de 24 ans qui mesure 1,70m. Je ne suis pas maigre puisque je pèse 61 kg bien répartis, une belle poitrine ronde et ferme (95 C) et des hanches bien galbées et des fesses bien rondes. Très brune de cheveux, j’ai cependant la peau très blanche. J’ai fait de la danse ce qui me donne une souplesse certaine.

Depuis plusieurs années je vis avec un homme un peu plus âgé que moi qui, à la fin de l’an passé m’a fait un bébé. Nous étions d’accord mais son travail le tient éloigné de la maison de longues heures et le soir il se couche tôt, me laissant à ma solitude.

Parfois, il est même absent du dimanche soir au vendredi soir. C’est ainsi que, bien qu’étant enceinte, retrouvant mes habitudes de masturbation (qu’en fait étaient un peu en sommeil), je me caresse et me fais jouir plusieurs fois par jour avec des godes de différentes tailles que j’ai achetés par correspondance.

Puis, sans que mon copain le sache, à la recherche de nouvelles sensations et pleine de fantasmes, j’ai découvert un site où par caméras interposées, je peux m’exhiber pour exciter des hommes et parfois des femmes en me masturbant à l’écran.

Lorsque mon homme est absent pour la semaine ou la nuit, il m’arrive aussi d’aller dans un club échangiste où, sans faire l’amour, je m‘exhibe pendant une heure à la barre et ensuite je rentre chez moi : Je ne réponds jamais aux sollicitations des hommes qui voudraient bien me sauter malgré mon état…

Ainsi, je donne et je prends du plaisir et mon ventre bien rond de future maman ne me gène absolument pas. Bien au contraire, j’ai encore plus d’appétit pour les caresses que je me prodigue, guidée par le coquin qui a bien voulu m’inviter pour une petite séance privée de masturbation réciproque.

J’adore donner du plaisir à mon partenaire virtuel du moment jusqu’a ce qu’il jouisse pour moi… C’est plus d’une fois que j’ai pris un pied mémorable à frôler les tétons de mes seins désormais bien gonflés par l’accouchement très proche et à introduire dans ma chatte ou mon anus des godes de belle taille que je fais aller et venir au gré des envies de mon client.

Toutes les positions sont bonnes, j’aime être sur le dos, les jambes largement levées et écartées pour offrir la vision de mon ventre rond et de mes orifices qui suintent de mon plaisir, en levrette avec mes seins et mon ventre qui ballotent sous moi ou encore, sur le côté, une jambe relevée pour avoir plus facile pour accéder à mon vagin ou à mon cul que je voyais en gros plan sur ma télé grâce à une bonne orientation de ma webcam.

Mais j’ai atteint un sommet que je n’aurais jamais envisagé. Je devais en être à la fin du 7ème mois et cette fois-là, mon copain était absent pour deux semaines.

Je n’en pouvais plus… J’avais envie de faire l’amour…

M’exhiber ou me goder ne me suffisait plus…

J’étais en manque… Aussi, je me suis branchée sur la toile pour rechercher un partenaire pour le samedi soir…

Je n’ai pas menti sur mon état de femme enceinte et presque tout de suite, un homme dans la trentaine s’est manifesté…

Il était intéressé par ma demande et le rendez vous fut pris pour 21 heures.

Là, ce ne serait plus du virtuel… j’aurais une bonne queue à mettre dans ma chatte…

Coup de sonnette… Je suis allée ouvrir et ce n’est pas un homme qui se présentait, mais deux :

  • Excuses-moi… J’en ai parlé à un copain… il m’a demandé à m’accompagner. Si tu n’es pas d’accord, il repart tout de suite…
  • Oh non ! Plus on est, meilleur ce sera… Je me sens en forme pour vous satisfaire tous les deux.
  • OK ma belle… Si tu veux, on n’aura pas besoin de capotes… On est clean tous les deux !
  • çà me va… Comme cela je vous sentirai bien gicler dans mes orifices.

Je ne vous dis pas quelle soirée (en fait une bonne partie de la nuit…) j’ai passé.

Tour à tour, j’en avais un qui me léchait la chatte pendant que l’autre caressait mes seins, faisant rouler mes tétons entre ses doigts ou ses dents…

C’était divin…

Puis ils ont achevé de se déshabiller… et là, c’est moi qui me suis occupé d’eux…

Je me suis appliquée à leur faire une fellation en simultané, passant d’une bite à l’autre, suçant tantôt le gland d’une avant d’absorber la tige de l’autre au plus profond de ma gorge.

Aux grognements qu’ils poussaient, ils semblaient apprécier…

C’est vrai que depuis le lycée, j’ai toujours eu la réputation d’une « sacrée pipeuse » !

Dans la chambre conjugale ils ne se sont pas privés de me baiser à plusieurs reprises de diverses manières, en levrette, à la paresseuse, en amazone mais le sommet (et le final) c’est quand celui qui avait le sexe le plus fin mais le plus long m’a reprise en amazone…

Mais il s’est introduit dans mon sphincter anal…

J’étais habituée à cette pénétration… Il est donc entré facilement.

Ensuite, il m’a couchée sur lui, le dos sur son buste et son copain m’a pris la chatte…

J’étais offerte, les cuisses largement écartées, prête à subir un nouvel assaut !

Ils ont accordé leurs mouvements et une fois encore ils m’ont envoyé au 7ème ciel en giclant simultanément et abondamment dans mes orifices.

Lorsqu’ils m’ont quittée, j’étais laminée, lessivée… mais quelles jouissances ils m’avaient procurées…

Toutes les bonnes choses ont une fin, espérons-la provisoire, bientôt ce sera l’heure de mettre au monde ce bébé tant attendu.

Et je reviendrai, toujours aussi avide de caresses et de plaisir.

J’aime me sentir désirée, donner du plaisir à mon homme ou à mon partenaire virtuel du moment, et là, je ne serai plus gênée par mon ventre : Je pourrai, dans des poses acrobatiques les plus osées, offrir mon corps et mon plaisir en partage.

Qui sait, je pourrai peut-être convaincre mon compagnon de m’accompagner dans ce club et ensemble ou séparément nous livrer au libertinage ?

A lire également : Un coin câlin plein de surprises , Enceinte elle baise à la salle de gym

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *