cul a sodo

Sodomisée par mon mec en ce dimanche matin

Sodomisée par mon mec en ce dimanche matin

En ce dimanche de pont, je compte bien en profiter pour rester au lit et faire une grasse mat. 8H30, j’ouvre un œil. Je me retourne. Je cherche mon homme de la main. Le lit est vide. Pffff, Il a préféré aller courir. Bon, au moins il ne m’a pas réveillée. Allez,  je retourne dans les bras de Morphée.

Humm, c’est quoi ses caresses sur mes fesses ?  J’ouvre doucement les yeux. Les yeux embrumés et encore plongée dans un demi sommeil, je lance un « je rêve ou .. ». Pas le temps de finir que je sens une morsure. Là c’est sûr, je ne rêve pas. Je reste allongée sur le ventre avec les mains de mon mec qui me massent, me pétrissent le cul. Quand sa bouche se met à dévorer mon cul, je me mets à mouiller grave.

J’ouvre mes cuisses comme par magie

Je sens deux doigts entrer dans ma fente  et se mettre à tournoyer avec une dextérité remarquable. Je suis aux anges, totalement transportée vers un plaisir rare. Quand je sens la langue de mon mec se balader le long de ma raie et venir jouer avec mon petit trou. Je suis électrisée. Je frissonne de partout. J’en mords l’oreiller tellement c’est bon. Je sens mon anneau s’ouvrir sous les coups de langue magistraux de mon amant. Je sens que sa bouche remonte le long de mon dos pendant que ses doigts continuent à s’agiter dans ma chatte. Allongé sur moi, il me mordille la nuque. Je sens sa queue bien dure sur mes fesses. Mais putain, il attend quoi pour me prendre ?

Ses doigts changent de rythme et ils entament d’intenses va et vient. Je n’en peux plus… Terrassée par un très violent orgasme, me voilà partie sur mon petit nuage.

Je sens qu’il me tartine l’œillet avec du gel

Je suis à nouveau électrisée. Et mon état ne s’améliore quand sa queue entre fièrement en moi.  Mon chéri commence par onduler du bassin. Je peux vous assurer qu’il est bien dans mon cul et que je le sens très bien. Et se contente de donner des petits coups de reins espacés qui me font pousser des petits cris. Je reste d’une passivité affligeante mais c’est tellement bon que je le laisse me dominer et me prendre comme il le désire. Puis ses coups de reins se font plus proches et la cadence est soutenue. Je kiffe grave. A entendre sa respiration et ses murmures, il s’éclate bien aussi.

Au bout de quelques minutes, il passe en mode pilonnage. Ses hanches claquent très fort sur mes fesses. Et je ne peux m’empêcher de crier de plaisir à chaque fois. Avec ce traitement, je suis à nouveau terrassée par un orgasme d’une violence inouïe. Suivi par un second quand je sens son sperme inonder l’intérieur de mon cul.

J’ai hâte  d’être à dimanche prochain….

A lire également : Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la sodomie , Amanda et compagnie

Suivre Histoires Libertines

Un commentaire

  1. Je n’ai jamais trop aimé sodomiser mes compagnes mais j’avoue avoir toujours eu un faible certain pour les étreintes au réveil… Elles étaient parfois douces mais aussi parfois très intenses… surtout quand la matinée était libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *