jolie fille

Sous le charme d’Amande

Sous le charme d’Amande

Je viens de passer un énième entretien d’embauche. Cette fois, c’était pour une boîte qui propose des balades touristiques sur la Seine, à bord de bateaux-mouches, mais aussi des excursions dans la «Ville Lumière», en Normandie, en Bretagne ou encore dans les châteaux de la Loire.

Il me reste du temps à tuer avant de rejoindre la gare Saint-Lazare et de monter dans l’Intercités qui me ramènera au Havre, ma ville. J’ai décidé de faire une halte dans un célèbre café, là où des auteurs illustres, paraît-il, ont dû fouler les pieds. Moi, ça tenait du rêve de gosse. Au serveur élégamment habillé notamment d’un nœud papillon assorti à sa tenue, j’ai commandé une pinte de Guinness. Pinte qu’il me sert avec cérémonie, sur un bock. J’en absorbe une gorgée. Le breuvage froid et ambré me descend jusque dans le ventre, me rafraîchit et me permet de me décoincer. Je peux un peu lâcher du lest et me détendre. J’ai juste envie de ne penser à rien. J’ai juste envie de prendre du bon temps pour moi.

Mais ça, c’était avant… Avant que cette petite blonde n’entre dans le café, avec un petit essaim d’amies à ses côtés. Petite, heu… façon de parler. Plus rien n’a d’importance à présent. C’est comme si les dégâts sont déjà perpétrés. Elle mesure bien un bon mètre soixante-quinze. Ses cheveux longs, blonds et ondulés me font penser à ceux de l’actrice américaine Jessica Alba quand elles les portait ainsi, il y a encore peu de temps, et qui était une actrice que je trouvais particulièrement jolie quand j’étais encore ado. Un bleu particulièrement turquoise remplit ses yeux. Un bleu semblable à l’eau des lagons, comme dans les océans Pacifique et Indien. Je crois que je vais me noyer dans ces yeux d’un bleu digne des eaux profondes. Je ne vois qu’elle malgré les rires qu’elle échange avec ses amies dont j’entends les prénoms à travers les bribes de conversations qui me parviennent et que j’intercepte: Margaux, Sophie, Maëva… Oh oui, je ne vois qu’elle… Je me noie déjà dans ses yeux bleus, très clairs.

Les ondes de la FM du poste radio du café et relayées par des hauts-parleurs relayent un tube des années 1980: Corps à corps du groupe Images. Station: RFM. Fréquence: 103.9

Elles s’assoient à une table, juste à côté de la mienne. Margaux et Sophie me tournent le dos. Maëva et la petite blonde aux yeux couleur menthe à l’eau sont dans ma ligne de mire. J’ingurgite une seconde gorgée de bière. Le garçon de toute à l’heure se dirige vers la table des jeunes femmes et prend leur commande.

C’est Maëva, la première, qui passe sa commande, en minaudant et en faisant les yeux doux ainsi qu’un petit sourire au serveur. C’est elle, la grande gueule de ce petit groupe de jeunes femmes.

– Café allongé, avec sucre. S’il vous plaît.

Puis, c’est au tour de Margaux de passer la sienne :

– Un chocolat viennois pour moi, s’il vous plaît.

Puis vient le tour de Sophie :

– Ce sera un diabolo menthe pour moi, s’il vous plaît.

Trois des quatre demoiselles ont déjà passé leur commande. C’est bizarre… La quatrième n’a encore rien commandé. Quand soudain… Maeva s’adresse à son amie aux cheveux blonds, longs et ondulés :

– Quant à toi, ma petite «Amande», ce sera quoi pour toi? Un beau gosse qui a un beau nœud papillon?

Pourquoi l’appelle t-elle donc «Amande» ? Ce n’est quand même pas son prénom ! Si ?

«Amande» s’adresse alors au garçon et lui demande d’une voix fluette, posée :

– Je voudrais un thé aux fruits rouges, si vous avez… s’il vous plaît. Bien infusé. Avec un seul sucre. S’il vous plaît.

«Je suis tombé sous le charme…»: Christophe Maé est à présent à l’honneur sur les ondes de la FM, et moi… je suis aussi sous le charme. La petite blonde a une texture vocale bien à elle, une personnalité sonore qui lui est propre, et… j’aime ce genre de choses. Et… j’en tombe raide dingue, sans même lui avoir adressée la parole. A cet instant précis, je fais quelque chose qui scelle mon sort: je jette un regard en direction de «Amande». Et… surprise! Nos yeux sont braqués les uns dans les autres et les miens se retrouvent noyés dans ses yeux bleu océan.

A lire également : Quand je pense à la lingerie de Constance , Un massage érotique et sensuel

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *