flic sexy

Deux douanières, une fuck machine et moi

Deux douanières, une fuck machine et moi

Ca y est je viens de recevoir mon précieux colis ! Ma fuck machine est enfin arrivée !!! C’est Soraya qui va être contente. Depuis le temps que je lui parle de cette love machine. On va pouvoir jouer avec ensemble. Et surtout, je vais pouvoir l’épuiser sexuellement. Il faut dire que ma Soso, elle encaisse grave. J’ai beau être un sportif de haut niveau, je la fais jouir plusieurs fois pendant nos parties de baise. Mais elle est toujours prête et fraîche pour recommencer. Je me rappelle d’une fois où je l’ai sodomisée comme un pervers pendant plus d’une heure. Après une petite douche, j’étais claqué. Elle voulait remettre le couvert.  Après pas mal de recherches sur des sites consacrés à la sexualité, j’ai décidé d’acheter une machine à baiser pour satisfaire pleinement ma chérie. Comme je ne fais rien à moitié, j’ai également acheté plusieurs godes, un plug anal et même un œuf vibrant. Bref, j’ai pensé à tout pour défoncer ma petite Soso et qu’elle se retrouve terrassée par une jouissance extrême. Sauf que rien ne s’est passé comme prévu !

J’ai donné rendez-vous à Soraya, dans une suite d’un Relais & Châteaux à côté d’Angers. Comme on est tous les deux sur Nantes, c’est le parfait compromis pour changer d’univers sans trop perdre de temps de route.

Midi. J’ai chargé tout mon attirail dans la voiture. Et j’avoue que de descendre la fucking machine sur 3 étages par les escaliers, c’est du sport ! Ma précieuse sexe machine pèse une dizaine de kilos.  Je prends la route direction, la campagne angevine. En arrivant au péage d’Ancenis, je vois les douaniers. Forcément avec mon chargement très particulier, je ne devais pas avoir l’air très « innocent ». Et ça n’a pas loupé, deux agents des douanes me demandent de me mettre sur l’aire de repos pour un contrôle. Je m’exécute. Je suis réceptionné par deux femmes plutôt jolies. Je sors du véhicule pendant qu’elles fouillent le véhicule. Et forcément, elles ont ouvert le coffre et découvert mon chargement.

L’une des deux douanières s’est dirigée vers moi, et m’a demandé si c’était bien une fucking machine. J’ai bredouillé. Et après une rapide conversation, je me retrouve à suivre une voiture des douanes jusqu’à un hôtel à la sortie de l’autoroute. Les filles avaient envie de tester ma love machine. Et comme un plan avec deux femmes a toujours été mon fantasme numéro 1. J’ai sauté sur l’occasion.

J’ai vite pris une chambre. J’ai installé la machine à baiser pendant que mes belles prenaient leur douche ensemble. Autant dire que j’étais dans un état d’excitation très avancée. Quand elles sont sorties de la douche, nues, j’ai halluciné. J’avais en face de moi, deux petites nanas toutes mimi, deux beautés naturelles. Adeline, la plus âgée devait avoir un peu plus de 35 ans. C’était une très belle femme mure, un belle blonde avec une généreuse paire de seins naturels. Sa jeune collègue s’appelait Lucie. Cette petite brunette devait avoir autour de 25 et était toute menue avec de petits seins tous mignons.  A elles deux, elles formaient un couple du style maman salope et sa fille ingénue.

D’un ton très autoritaire, Adeline ordonna à sa camarade de s’allonger sur le dos et de bien écarter les cuisses. Cette dernière obtempéra. Elle me demanda de bien installer la fucking machine devant la chatte trempée de Lucie (elles avaient du bien jouer sous la douche). Mais avant, je devais fixer le plus gros gode en ma possession. Une fois, la sulfateuse en place et équipé d’un godemichet de 25*5, devant le sexe trempé de Lucie, elle me demanda de lui confier la télécommande. Après avoir mis la love machine à faible puissance, histoire de provoquer de lents va et vient dans la chatte de Lucie, Adeline a augmenté la cadence de la fucking machine à 80% de sa puissance. C’était impressionnant de voir cette coquine se faire défoncer le vagin par la pénétration de ce gros gode qui entrait et repartait en elle à un rythme effréné. D’ailleurs, elle ne boudait pas son plaisir et a eu 3 orgasmes qui se sont enchainés à une vitesse incroyable. Elle était en sueur, le souffle court. Adeline a remis la fucker machine en mode bas régime avant de venir s’assoir au dessus de la tête de Lucie pour se faire manger le sexe. Je restais subjugué par ce face sitting et cette partie de baise hors norme.

Je fus tiré de mes rêvasseries par Adeline qui m’ordonna de venir debout, à ses côtés pour qu’elle me suce. J’ai sauté sur le lit et je lui ai tendu ma bite bien dure. Elle l’a engloutie et m’a taillé une pipe d’enfer en mode pornstar. Direct, j’ai eu le droit à une gorge profonde. J’ai réussi à retenir mon éjaculation pour ne pas exploser dans sa bouche car je me doutais que la suite allait être encore plus torride. Sous ces airs de petite fille sage et réservée, Lucie était une vraie salope. LA preuve avec sa bouche, elle a provoqué à un violent orgasme à cette cochonne d’Adeline.

A lire également : Jeux coquins à 3, Première fois avec une fucking machine

 

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *