//Première fois avec une fucking machine
decouverte fucking machine

Première fois avec une fucking machine

Bonjour à toutes les libertines et les libertins, je me prénomme Ingrid, j’ai 28 ans et j’habite à Bandol, dans le sud de la France, là où on produit le fameux rosé. Je tenais à passer au confessionnal pour vous raconter la surprise que m’a fait mon mec, Guillaume pour mon anniversaire. Ca fait maintenant 5 ans que l’on est ensemble et niveau sexe, c’est l’épanouissement total en sa compagnie. J’ai longtemps été une croqueuse d’hommes mais depuis que je suis avec lui, je me suis assagie. J’ai trouvé une véritable sexe machine et même plus. L’homme capable de combler mes désirs et au-delà comme ce fameux 28 décembre.

Ce jour là, j’étais au bureau en mode furax (normal qui aime bosser au moment des fêtes et en plus quand c’est son anniversaire ?). Alors que je m’échinais à traiter un dossier des plus complexes, mon chéri m’a envoyé un texto qui m’a grave filé la banane. Il m’invitait à le rejoindre dans un superbe palace de la région, après le boulot. Il s’était occupé de tout, je n’avais rien à faire. Très bien ! J’ai passé mon après-midi à compter les minutes qui me séparaient de ma soirée magique.

18h  sonnent. Mon dossier est booké et je fonce sur le parking, prendre ma voiture. Direction le paradis ! Après une petite demi-heure de route, j’arrive sur place. Autant dire que ça en jette. L’éclairage et la décoration extérieure du palace sont juste féériques. Et que dire du hall… Majestueux.

A peine suis-je entrée que Guillaume vient à ma rencontre. IL me prend dans ses bras et me roule une pelle à m’en décrocher les amygdales. Pas le temps de me remettre de cette étreinte passionnée qu’il m’entraîne par le bras pour m’emmener au SPA où je me suis faite chouchoutée, dorlotée et maquillée. Je suis remontée dans la chambre (en fait la suite) réservée par mon homme.

En entrant, j’ai découvert Guillaume assis sur un fauteuil, nu, et au garde à vous. Je me suis dessapée à toute vitesse pour lui sauter dessus. Mais une fois à poil, il m’a indiquée l’armoire. Je l’ai ouvert et j’ai découvert un paquet. Je l’ai ouvert et j’ai eu la joie et la surprise de découvrir une paire de talons vertigineux et une combinaison en résille. J’ai enfilé tout ça devant les yeux ébahis de Guillaume.

Je me suis précipitée sur sa queue gonflée de désir comme une vraie petite salope. Enfin ce fut surtout acrobatique, parce qu’aller vite juchée sur 13 cm de talon aiguille, c’est un exploit. Me voici donc à genoux devant lui entrain de le pomper comme une furie. A défaut d’avoir encore soufflé mes bougies, je m’occupe de la sienne en mode gorge profonde. J’ai dû être efficace car il m’a retapissée le gosier en moins de 5 minutes. Le temps de passer par la case salle de bain et nous revoilà dans la chambre pour la suite de cette parenthèse aphrodisiaque.

Guillaume prend un bandeau et le pose sur mes yeux. Je frissonne. Il me demande de me mettre à 4 pattes au bord du lit. Je m’exécute docilement. Ce soir je n’ai qu’une envie me lâcher complètement. Et mon chéri a mis le paquet…

Il a commencé un délicieux cuni qui m’a rendue folle. Au moment où j’allais exploser, il s’est arrêté net ! Oh putain le con ! Pas le temps de réagir. Je le sens saisir avec poigne ma cheville droite et l’attacher au pied du lit. Il fait de même avec la gauche. Je ne sais pas ce qu’il veut faire.  D’ailleurs, je suis totalement perdue et désorientée. Certes je suis grave excitée mais j’avoue que je flippe un peu. Je le sens maintenant devant moi. Il … Il m’attache les poignets avec des menottes. Je suis ligotée et  reste muette, je suis tellement chamboulée que j’en suis aphone. Je sens mon chéri qui s’éloigne. De longues minutes s’égrènent. J’imagine tous les scénars possibles. Celui que je redoute le plus mais qui m’excite tout autant : être prise par plusieurs mecs.

J’entends Guillaume qui revient. Il semble seul. Je suis soulagée. J’entends des bruits étranges. Puis un godemichet vient se poser sur ma chatte dégoulinante et s’enfonce d’un coup sec. Je crie de surprise. Et là, le dildo entame un lent mais exquis va-et-vient. Je ne savais pas que mon chéri était aussi doué avec un gode. Le va-et-vient s’accélère. Je ne peux m’empêcher de gémir de plaisir. J’entends un léger bruit derrière moi. Mais là,… comment dire ? Je prends un pied d’enfer surtout que la cadence s’accélère encore. Tout à coup, une main m’attrape le visage et je me fais biffler. Le gland vient se poser sur ma bouche. D’instinct je le suçote. Je le reconnais immédiatement. C’est celui de Guillaume. Aucuns doutes là-dessus, je le reconnaitrais entre mille. Je le suce avec ardeur et délice. Et ce gode qui accélère encore, je suis au bord de l’explosion. Je suis soudainement terrassée par un violent orgasme. Le godemiché continue d’aller et venir en moi. C’est trop bon. Je suce Guillaume comme une forcenée. Nouvel orgasme. Mes jambes sont tétanisées par la force du plaisir que je reçois. Le sex toy continue. Je jouis une troisième fois en même temps que mon chéri. Je me régale en avalant son sperme. Le dildo s’arrête. Je sens du liquide couler le long de mes cuisses. J’ai moi aussi éjaculé ! Depuis le temps que je rêvais de devenir fontaine !!! Je suis dans un état second. Epanouie comme jamais.

Guillaume me retire le bandeau en ayant pris soin de baisser l’intensité lumineuse. Puis me détache les chevilles. Je m’écroule. Epuisée par toutes ces intenses émotions. De longues minutes passent. Nécessaires à ma récupération. Quand je me redresse, mon homme me tend une coupe de champagne. Je l’avale d’une traite. J’ai la gorge sèche. J’allume la lumière. Je veux comprendre pour le gode. Au pied du lit, je vois une fucking machine. Je comprends mieux maintenant. Je vais garder impérissable de cette machine à baiser.  J’ai hâte de l’essayer très vite. Et tenter une première double pénétration. Au risque de vous choquer, cette séance de Domination-Soumission m’a laissée un peu sur ma faim. J’aurais aimé qu’un plug anal, un gros gode ou cette machine mécanique s’occupent de mon anus ou que Guillaume me sodomise avec fougue.

Rassurez-vous, il m’a réservée d’autres séances où mes fesses et plus précisément, mon petit trou du cul a pris sévère…

A lire également : J’ai pris cher au réveil – Françoise 47 ans – Abbeville, Sexe sauvage dans la cuisine

Suivre Histoires Libertines
error