//Orgasme mammaire
soutien-gorge bondage fines lanières

Orgasme mammaire

Comment dire ? Disons que vendredi a été très… agité. Je me suis glissée sous ma couette qu’à 4h du matin. Alors forcément quant à 9h tapantes, un sombre crétin vient s’acharner sur la sonnette de la porte d’entrée, je me lève en mode radar et surtout méga vénère ! J’ouvre et là je vois un livreur qui me tend un paquet en matant avec ses yeux sortant des orbites. Ah oui ! je lui ai ouvert en sloggy et rien d’autre. Cette vision paradisiaque lui servira de pourboire. Je prends le paquet et lui claque donc la porte au nez. Vu la taille du paquet, ce con aurait pu le laisser dans la boîte aux lettres. Je jette le paquet sur le canapé et retourne pioncer. 16h. J’ouvre un œil. Puis le second. Il est temps de me lever.

Après ma routine quotidienne café/clope/douche. Je m’affale à poil sur le canapé pour végéter. Un truc me rentre dans le bas du dos. C’est ce satané paquet. Je l’ouvre et découvre un soutien-gorge bondage fines lanières. Immédiatement, je l’essaie et comment dire ??? J’ai adoré. Je découvre un petit mot. Il a été écrit par G un de mes amants très… Bref. Il me demande de le rejoindre ce soir vêtue de ma cape (si cette dernière pouvait parler, je crois que je serai obligée de la détruire), du soutien-gorge, d’un pantalon en vinyle et de mes Zanotti. Je suis invitée à une soirée très très très privée.

Quelques heures plus tard, me voici devant la porte d’une immense demeure bourgeoise du XIXe siècle perdue au fin fond des Yvelines. Vous vous demandez sans doute comment une femme ayant un caractère de merde comme moi, obéis si facilement à son amant ? C’est une très longue histoire que je raconterai sans doute plus tard.

J’ai sonné. On m’a ouvert et conduit à G. Il m’a bandé les yeux, retiré la cape et conduit dans une salle. J’ai très vite senti que j’étais observée. La voix de G, via un micro, m’a ordonnée de prendre des postures aguicheuses pour exposer au mieux ma poitrine aux regards des invités présents. Je me suis bien évidemment exécutée avec plaisir. Au bout de quelques minutes, je reçois pour ordre de stopper et de me laisser manipuler. J’ai senti deux hommes m’attraper fermement pour m’attacher à une croix de Saint André. La voix de G a indiqué à l’assistance que ma poitrine était à leur disposition et qu’ils pouvaient en jouir à leur convenance.

Et là ce fut un déluge ininterrompu de plaisirs. Caresses, pincements, léchouilles, mordillements, pression, massage, succions, claques, fouet… Rien n’a été épargné à mon 90 C, ni à mes tétons. J’ai été ravagée par deux puissants orgasmes au cours de cette nuit.

Quand G m’a détachée, le jour était levé et mes seins avaient changé de couleur. J’ai été raccompagnée chez moi où je me suis écroulée dans mon lit, épuisée…

A lire également : Faire l’amour sous la doucheFellation : 10 conseils pour en devenir la reine

 

Suivre Histoires Libertines
error