Connexion  \/ 
x
S'inscrire
x

Derniers articles

Grid List

Soir de Noël sur la plage. Oui, je suis à la Réunion et à Noël, il y fait chaud. Nous sommes une petite quinzaine de personnes. Les femmes sont belles en petites robes légères... Elles sont toujours belles les créoles ! Nous avons investi un kiosque en bord de plage. Les marmites de carry, de brèdes, de riz sont sur le feu aménagé... Des torches sont plantées dans le sable et nous éclairent...


La soirée commence paisiblement. Des groupes se forment et se défont au gré des conversations. Nous faisons connaissance. Le punch maison coule à foison... Il fait doux. Non loin, on entend le bruit des vagues... Des voitures passent en klaxonnant sur la route qui surplombe la plage. Des pétards pètent dans tous les coins... Non loin, un roulér tonne accompagné du kayamb et rythme un maloya effréné. Quelques-unes des femmes qui sont avec nous entament quelques pas de danse... Des hommes s'en mêlent... Sous l'effet de la musique et de l'alcool, les esprits s'échauffent, le ton monte... Normalement, en dansant le maloya, les femmes agitent leurs longues robes devant elles... Là, elles ne portent que des robes courtes et légères mais, en riant, elles les agitent tout de même découvrant encore plus leurs longues cuisses... Les hommes tournent autour, les frôlent... La danse devient érotique... Elle devient magnifique...


Quelqu'un crie "A table !"... la danse s'arrête... Chacun revient vers le kiosque... Des hommes ont chaud et ils se mettent torse nu... Des femmes se collent à eux... Ils se prennent par la taille, échangent de rapides baisers... Des mains glissent sur les croupes...
Nous nous asseyons autour de la grande table. Je suis encadré par deux belles femmes... Toutes deux ont remonté haut leur robe sur leurs belles cuisses. Elles ont un large décolleté qui, lorsqu'elles se penchent vers leur assiette, ne cache rien de leur poitrine... d'autant plus que leurs seins sont en totale liberté...
- Tu n'as pas trop chaud, Domi ? Enlève ta chemise !
rigole ma voisine de droite...
- D'accord ! Pas de souci ! Mais à une condition...
- Laquelle ?
- J'enlève d'abord ma chemise et je le dis après...
Je me lève donc et, en en rajoutant, un peu cérémonieusement j'enlève ma chemise...
- Bon, voilà qui est fait... Maintenant ma condition : que mes deux voisines de table se mettent aussi torse nu !
Ben oui... L'alcool, la chaleur, les plats épicés, l'ambiance...  me désinhibent sérieusement...  Ca a au moins le mérite de faire rire tout le monde et de me faire acclamer par les hommes !
Mes deux voisines se regardent et l'une d'elle répond...
- D'accord. Nous sommes d'accord toutes les deux. (Acclamation du public !). Mais à une condition !
- Laquelle ?
demandent plusieurs voix...
- On enlève d'abord notre robe et on le dit après...
A leur tour, elles se lèvent et avec le même cinéma que j'ai fait tout à l'heure elle font tomber leurs robes au sol... Les voilà pratiquement nues, leurs belles poitrines offertes, leurs seins en forme de petits obus, leur ventre plat, les belles courbes de leurs hanches, leurs longues cuisses... Elles portent toutes deux un petit string...
Elles tournent sur elles-mêmes pour se montrer et se font acclamer...
- Bon, et bien voilà ! Maintenant, notre condition : on est toutes les deux en petite culotte... Et bien que Domi se mette aussi en slip !
Nouvel éclat de rire général et hourras !... Je fais donc descendre mon pantalon. Dessous je porte un petit slip de bain... Personne ne peut voir que j'ai un début d'érection... sauf bien sûr les deux femmes qui sont tout proches de moi et dont je croise le regard justement fixé... là !
Quand j'ai complètement enlever mon pantalon, sous les acclamations, je prends les deux femmes par la taille, les serre contre moi et leur dépose un baiser sur la joue... L'une d'elle glisse sa main sur la bosse de mon slip...
- Oh ! Oh ! Domi !...
A ce moment là, la musique démarre. Tout le monde se lève de table et nous rejoint... Les robes, les chemises, les pantalons tombent et nous dansons tous quasiment nus...


Les dansent se succèdent... Les couples changent... Les corps se rapprochent, se frottent... Les mains frôlent, peuvent se faire indiscrètes...
Un moment, un rythme africain endiablé avec percussions et kora... Cette danse se danse en couple... Elle consiste à faire chacun ce qu'on veut, sans tenir l'autre, sans le toucher, sauf en étant toujours en contact avec lui par le pubis, les hanches, les fesses... Danse à très forte charge érotique... d'autant plus dans la tenue où nous sommes. Jamais jusqu'à maintenant je n'avais osé cette danse ; je n'ai pas le rythme dans la peau comme peuvent l'avoir les africains et les réunionnais... Mais là je ne peux reculer d'autant que je me retrouve face à la charmante jeune femme qui était à ma droite pendant le repas... Sexe contre sexe, hanche contre hanche, fesses contres fesses... Les cuisses se frôlent, les pointes de ses seins effleurent ma poitrine... Je bande bien sûr... Et elle s'en rend compte, apprécie... Nous sommes de plus en plus souvent face à face... Elle appuie son pubis contre mon sexe... Nous mimons clairement le coït... Rapide coup d'oeil autour pour constater que tous les couples sont dans le même état... Plus personne ne parle, ne rit... Tout le monde est concentré sur ses sensations, sur sa recherche... Yeux fermés. Visages crispés. Respiration de plus en plus haletantes. Nous transpirons. Ce dure longtemps...


Soudain la musique endiablée s'arrête suivie d'un rythme beaucoup plus lent, envoûtant... La tension tombe un peu mais nous tombons dans les bras l'un de l'autre... Forte étreinte, lèvres qui se joignent... Nous voulons aller au bout de ce coït mimé... Ma main se glisse entre nos corps, sous l'élastique de son string et se pose en coquille sur son sexe... Mes doigts pénètrent entre ses lèvres gonflées et humides, comme aspirés par son désir... Elle, d'autorité, descend mon slip sous mes fesses et prend à pleine main mon sexe tendu...


Elle m'entraîne vers un endroit où des paréos, des tapis de pailles ont été étalés... Des couples sont déjà là enlacés, encastrés... Elles s'allonge entre deux, ôte son string... J'enlève mon slip et m'allonge entre ses jambes ouvertes...
Les cloches de l'église du village à côté sonnent à la volée.
- Il est minuit. Mets ton petit jésus dans ma crèche...
Alors je la pénètre profondément. Et nous nous crispons... Et je sens nos voisins se crisper aussi... Notre groupe n'est plus que soupirs, halètements, petits cris, grognements... Et soudain l'explosion collective, l'extase... L'accès au paradis...
La tension retombe... L'un après l'autre les couples se défont et nous nous retrouvons tous bientôt dans la mer pour nous purifier...
Et la musique redémarre... Et nous nous remettons à danser... Nus. Les phallus se redressent... Les femmes dansent entre elles, se caressant, n'hésitant pas à glisser leurs mains entre les cuisses de l'amie excitant ainsi l'animalité des mâles... Nous sommes tous collés les uns aux autres... Nous ne savons pas qui nous touche, qui nous caresse... Mes mains se baladent d'un corps à l'autre caressant un sein, une fesse, un phallus, mes doigts pénétrant un con puis un autre... Mon corps est soumis à pareilles caresses, pareilles pénétrations : mes fesses, mes cuisses, mon ventre, mes testicules, mon vit... Je sens même des sexes durs cherchant à se faufiler entre mes fesses... des bouches se refermer sur mon gland... Nouvelles pénétrations, nouvelles jouissances extatiques, torrents de sperme et de cyprine... C'est l'orgie.   
Alléluia, Jésus est né ! Lui qui a été conçu sans pécher, nous, nous péchons sans concevoir !...

La nuit a été longue... mais si belle. Belle nuit de Noël.

Merci au blog : Le démon de midi 

A lire également : Plaisirs dans la baignoireLa récompense

Commentaire (0) Clics: 377

Salut la planète libertine, je m’appelle Téo, j’ai 28 ans et j’habite en Savoie. J’ai eu envie de prendre mon clavier pour partager avec vous, une de mes (rares) expériences sexuelles. Je suis le stéréotype  du « Nolife ». Je bosse comme cadre dans une boite qui fabrique du matos de ski et quand je rentre chez moi, je m’installe pour jouer aux jeux vidéos en ligne (vous précisez lequel n’a absolument aucun intérêt dans cette histoire) jusqu’à pas d’heure. Bref, pas le temps d’avoir de nana et j’avoue que ce n’est pas ma priorité. Après, j’ai des besoins à satisfaire et je me mate un petit porno de tems à autre (ok, plusieurs fois par semaine). Je suis fan d’une actrice porno et en faisant une recherche concernant sa filmographie, j’ai vu qu’elle faisait des shows webcam.

En plus, de faire du porno la belle s’exhibe sans retenue en live par cam. J’ai donc tenté l’expérience. Je me suis inscrit sur le site de live show par webcam. J’ai sélectionné la camgirl (vous avez deviné laquelle) et j’ai payé pour pouvoir passer une demi-heure en privé avec elle. Ca a été incroyable comme expérience. La miss a été super sympa, à l’écoute, disponible et sensuelle. Depuis, je me connecte 2 fois par mois en privé.

Le week-end dernier, je me connecte mais ma camgirl préférée était indisponible (pour cause de tournage). Déçu, j’ai décidé de regarder quand même les autres camgirls en live.

J’ai de suite été attirée par une annonce intitulée « live sex cam arabe ». J’ai cliqué et je suis tombé sur une bombasse anatomique ! Un vrai avion de chasse. Une sublime jeune femme arabe (bref une beurette), très typée (brune, basanée, et de grands yeux noirs), avec un sourire éclatant, une paire de seins enooorme, et une cambrure bandante. Et ce qui a fini de me faire craquer, c’est la décoration de la pièce où elle s’exhibe, entièrement sur le thème des 1001 nuits. Dépaysement garanti. Cette nuit là, j’ai passé 2h en privé avec elle. J’ai déliré avec elle, l’admirer sous toutes les coutures. Elle m’a fait un show avec ses godes où elle s’est totalement lâchée, c’était le pied absolu. D’ailleurs, ce week-end j’ai déjà prévu d’y retourner. Je deviens infidèle lol.

A lire également : Une bonne pipe taillée par SabrinaCocufié par ma beurette

 

Commentaire (0) Clics: 44

La masturbation masculine, est un sujet sensible. Messieurs, qui parmi vous ne se masturbe jamais ? Levez la main (petits cachotiers) ! La branlette est un plaisir simple, rapide et efficace. Mais branler efficacement n’est pas toujours évident. D’ailleurs, les femmes disent souvent que les hommes confondent leur clitoris avec un joystick mais elles sont tendance quand à elles à confondre pénis et élastique. Non, tirer comme une forcenée sur une queue ne fera pas jouir. La masturbation demande de la technique et savoir faire. Cet article ne liste pas toutes les techniques de la masturbation masculine car il y aurait de quoi remplir une encyclopédie, mais il donne les bases pour se masturber en prenant un maximum de plaisir.

  1. Bander ! Oui, avant de commencer à s’astiquer le manche, le mieux est déjà d’avoir une demi-molle voir même une bonne gaule. Pour cela, si vous êtes seuls mater un porno, repensez à un moment sensuel ou lisez histoires libertines. Si vous êtes en couple, la seule présence de votre partenaire suffit sinon lisez histoires libertines.
  2. Se décalotter. Pour les hommes qui ne sont pas circoncis, pensez à bien replier le prépuce de manière à bien libérer le gland. Certains hommes préfèrent laisser le prépuce mais cela procure moins de sensations.
  3. Penser au gel. Si vous voulez que ça glisse bien dans votre main, le mieux est de mettre un peu de gel sur gel afin que ça coulisse tout seul. C’est comme pour une pénétration vaginal, c’est meilleur quand c’est mouillé. Cela évitera aussi de provoquer es irritations au niveau du gland (qui est très sensible)
  4. Ne pas oublier le frein. On vous en a déjà parlé lors de nos articles consacrés à la fellation. Le frein est la petite membrane sous le gland et qui fait grave du bien. D’ailleurs, mettez du gel sur un pouce et massez le frein avec. En moins de 2 60 secondes chrono, c’est la jouissance assurée.
  5. Concentrez-vous sur le gland et le frein. Le tronc de votre sexe ne vous apportera pas de plaisir.
  6. Attention fragile. Un conseil, pas la peine de bourriner pendant votre branlette, vous risquez de vous faire mal.
  7. Pensez au kleenex ou essuie-tout pour effacer les traces de votre jouissance. La lingette est fortement conseillée car elle est plus humide, fraîche et plus douce.

Bonne partie de 5 contre 1 !

A lire également : Jamais sans ma lingette !Fellation : 10 conseils pour en devenir la reine

Commentaire (0) Clics: 90
Ce site internet est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes et images réservé à un public adulte et peut heurter certains sensibilités.
 
Je certifie sur l'honneur : Être légalement majeur(e) dans mon pays de résidence. Que les lois de mon état ou mon pays m'autorisent à accéder à ce site.
  Être informé du caractère pornographique du serveur auquel j'accède. Je déclare n'être choqué par aucun type de sexualité et m'interdit de poursuivre les auteurs d' histoires libertines.
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs afin réaliser des statistiques de visites.
J'ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur Entrer. Si je n'approuve pas, ou si je ne peux pas approuver, je quitte ce site en cliquant sur Sortir
 

Entrer sur le site
Quitter le site