L'avocate : Prologue

L’avocate : Prologue

L’avocate : Prologue

Marie-Chantal est avocate réputée. Beauté glacée et glaciale, riche, cultivée, elle attisait les fantasmes des hommes et des femmes de son entourage. Mais sa vie sexuelle se limitait aux escorts (boys & girls) et au magic wand. Elle terrorisait autant qu’elle fascinait, aucun homme n’osait la séduire.

Un jour, elle LE rencontra. En surfant sur un site de rencontres, elle reçu un mail de sa part qui la fit sourire. Elle lui répondit puis les échanges se sont intensifiés au point qu’à chaque fois que « Lui » apparaît sur l’écran de son Iphone 6, son coeur s’accélère. Une nuit, alors qu’elle quittait son bureau à 1h du matin, il lui envoya des sextos. Leurs échanges durèrent 30 min. Quand elle se leva, son fauteuil en cuir était marqué d’une auréole humide tout comme sa jupe droite crème. Aucun doute,elle avait trouvé l’élu, celui avait le potentiel pour la mériter. Peu importe qu’elle ne l’ai jamais vu. Elle n’a vu que la photo de son oeil, de sa bouche et sa main. Le regard pour la pénétrer, la bouche pour l’embrasser et la main pour la caresse.

Le soir de leur premier rdv arriva. Elle avait pris sa journée pour être parfaite : shopping (lingerie et robe de soirée), esthéticienne (épilation et maquillage), coiffeur. En rentrant chez elle, elle découvrit un paquet dans sa boite aux lettres.
Elle rentra chez elle, et l’ouvrit. Il s’agissait d’une combinaison en résille. Elle venait de « Lui ». Comment avait-il osé lui offrir une chose si vulgaire ? La prenait-il pour une vulgaire pute ? Elle lui envoya ce SMS :
– « Je vais être claire, je ne suis une pute, offre tes merdes aux filles sur les boulevards »
– Tu connais la règle, tu dois respecter mes consignes sinon tu en assumeras les conséquences… »
Ce sms l’énerva mais elle ne pouvait cesser de s’interroger. Que faire ? Que pouvait il faire ?

Elle décida de se rendre au rdv habillée comme elle le désirait, en portant une robe de soirée JP Gauthier, lingerie Lise Charmel et ses Louboutin toutes neuves.
Dans le taxi, son téléphone vibra :
– Chambre 306
Elle arriva à l’hôtel et se dirigea d’un pas pressé vers l’ascenseur. Plus que 3 étages avant de le découvrir. A chaque étage monté, son coeur s’emballait. Arrivée à l’étage, ses jambes ne la transportait plus, elle avait l’impression de voler.

A lire également : une belle partie de sexe au bureau, Les douze coups de minuit

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *