Stéphanie s'exhibe dans un magasin de chaussures

Stéphanie s’exhibe dans un magasin de …

Stéphanie s’exhibe dans un magasin de …

(par Aldo Lechat)

Stéphanie était entrée dans la boutique vide sur un coup de tête en voyant en vitrine une jolie paire de chaussures. Des talons et le bout ouvert, ça plairait surement à Aldo de voir apparaître le pouce sous le nylon noir !
Tiens c’est un vendeur, jeune et pas mal du tout se dit-elle. Elle s’assied et subitement elle réalise que ce matin elle a mis…

« Je les ai en noir ou en brun, je vous montre les deux »
Le jeune vendeur est déjà à ses pieds et délicatement la déchausse, il lui passe une première paire.
« Il ne met pas un peu longtemps à me les passer ? » se demande Stéphanie qui se lève et fait quelques pas devant la glace. Elle découvre le regard du jeune homme dans le miroir, fixé sur ses jambes, comme hypnotisé et elle prolonge un peu ses allées et venues avant de se rasseoir.
« Je vais les essayer en marron » dit-elle, « Pourquoi je dis-ça, je n’ai pas du tout envie de chaussures marron » Mais Stéphanie sait bien qu’elle les essaye pour prolonger ce moment. « Il est de plus en plus lent » s’amuse-t-elle en l’observant enlever puis remettre les souliers, de plus en plus maladroit, laissant ses mains s’attarder sur la cheville… Nouveau défilé devant le miroir sous le regard fixe du jeune vendeur. « Il est complètement accroché » se dit-Stéphanie qui doit s’avouer que ça la trouble.
« Et vous auriez un modèle avec des brides ? »
Le vendeur, un peu rougissant, se lève pour aller dans la réserve.
« Tiens son pantalon à l’air de le serrer » se dit Stéphanie et en l’attendant elle se recule dans la banquette et relève un peu sa robe.
Le jeune homme revient les bras chargés de boîtes, apparemment destinées à faire durer les essayages. Tandis qu’il fixe une boucle les doigts tremblants, ses yeux ne peuvent s’empêcher de remonter le long des jambes d’Stéphanie qui sans réfléchir les écarte un peu plus.
Lorsqu’il aperçoit au dessus du revers sombre la blancheur veloutée de sa peau il sursaute et involontairement sa main se referme sur la cheville d’Stéphanie.
« Vraiment quelle idée j’ai eu d’essayer des chaussures justement le jour où Franck m’a imposé de porter des bas et encore…»
« Je peux marcher un peu » demande-t-elle d’un ton innocent.
Rouge, le vendeur bafouille libère sa jambe et regarde Stéphanie faire quelques pas sur les talons hauts. Il rêve aux bas qui se cachent sous la robe sage.
Et si on essayait encore celles-ci demande Stéphanie en se rasseyant sur la banquette et tandis qu’il essaye désespérément de lui glisser un modèle trop petit ce qui est l’occasion de s’attarder sur le talon et la plante soyeuse, Stéphanie écarte encore un peu les jambes « Heureusement qu’on est seuls » se dit-elle.
Le regard du jeune homme est hypnotisé par le mouvement des jambes de sa belle cliente et remonte toujours plus haut, au delà de la lisière des bas jusqu’à découvrir qu’elle est nue sous sa robe.
« Ding dong » la porte sonne pour laisser entrer une femme mure. 
Stéphanie referme les jambes, rabaisse sa robe, dégage son pied des mains du garçon en effleurant son entrejambe tendu. 
« Finalement je vais réfléchir » Elle se lève remet ses chaussures et sans plus regarder le jeune homme paralysé au milieu de ses cartons, sort du magasin

A lire également : Je suis une femme exhib, Suite de ma première expérience libertine

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *