femme en guêpière blanche

Surprise sous le bleu de travail

Surprise sous le bleu de travail

Il y a quelques mois je voyais une belle trentenaire prénommée Sophie. Grande, rousse aux cheveux courts, elle jouit d’une jolie silhouette pulpeuse. Par pulpeuse j’entends un beau 105 C et des hanches de femmes, mais sans aucune autre rondeur ailleurs. Elle venait de reprendre la boite de travaux de peinture de son oncle. Son activité professionnelle était très prenante et ne lui laissait que peu de temps pour avoir un amant même si elle avait un appétit sexuel important.

Un midi, elle m’appelle pour savoir si elle peut passer déjeuner chez moi car elle a un rendez-vous à 2 rues de mon appartement. J’accepte sans sourciller. Sophie me rejoint 20 minutes plus tard. Quand je lui ouvre la porte, ma déception est grande, elle porte un bleu de travail et des chaussures de sécurité. Elle me fait la bise et file directement dans la salle de bain.
Ne comprenant rien, je nous sers 2 verres de vin blanc et m’installe dans le canapé. Quelques minutes se passant quand mon invitée sors de la salle de bain, vêtue de son bleu de travail et de sandales à talons aiguilles super sexy. Je souris, émerveillé. Elle se plante devant moi, jambes écartées, telle une stripteaseuse. Elle ouvre son « bleu » en baissant le zip et là je vois apparaître une guêpière noire en fine dentelle et des bas auto fixant. Mon sang ne fait qu’un tour. Je me lève d’un bon et l’embrasse avec fougue. Je la coince ensuite contre la table et l’allonge sur le dos. Je lui retire complètement sa combinaison puis lui embrasse l’intérieur des cuisses en remontant langoureusement vers son string. Je retire ce dernier avec les dents avant de lui lécher les lèvres et le clito avec gourmandise et envie.
Sophie ondule son bassin, se tortille pendant que je m’occupe d’elle. Je la tiens fermement les hanches ses jambes reposant sur les épaules. Elle mouille abondamment, et gémit… Je titille son clito avec la pointe de ma langue avec d’enfoncer 2 doigts dans sa chatte. Elle râle de plaisir. J’accélère le rythme et au bout de 2 ou minutes, la belle est foudroyée par un violent orgasme.
Je me redresse, attrape une capote, baisse mon pantalon et mon boxer. Mon sexe est fièrement tendu. J’enfile la capote, saisis Sophie par les cuisses et la pénètre d’un coup sec. Elle crie, surprise. Mon bassin s’active en elle sans ménagement, elle s’agrippe au coin de la table. Mes hanches claquent violemment sur ses fesses. Je m’arrête soudainement me retire avant de rentrer mon gland dans sa chatte inondée. Je la regarde, immobile avant de ressortir pour mieux rentrer… et reprendre mes va et vient. Je me retire à nouveau pour la placer sur le ventre, face contre la table. Je saisis ses poignets que je maintiens d’une main dans le dos. Je lui claque les fesses et pose mon sexe sur sa fente et m’enfonce en elle. Mes coups de reins s’intensifient tout plus profondément, toujours plus forts. Le souffle de Sophie s’accélère, elle gémit de plus en plus. Elle jouit. Je reste un peu en elle immobile, le temps qu’elle reprenne ses esprits.
Je me retire, jette la capote sur le sol et vais me poser sur le canapé. Sophie me regarde et sans mot dire vient se mettre à genoux entre mes cuisses et entreprends une fellation d’enfer. Son regard lubrique, ne fait aucun doute elle veut ma semence. Je suis aux anges en sentant sa langue experte sur la que et sa bouche gourmande s’occuper de mon gland. Je ne peux pas me retenir, et jouis. Sophie avale mon foutre, lèche mon gland avec application pour avoir la dernière goutte. Puis retourne dans la salle de bain. Je me rhabille.
Quelques instants après Sophie sort, m’embrasse et repart car elle est déjà en retard….

A lire également : Plaisir à deux, mon homme me baise la bouche

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *