sportive nue

Primes de match

Primes de match

Notre équipe de volleyball représente une petite ville d’environ 20 000 habitants. Nous n’avons pas la prétention de jouer au niveau national car nos moyens financiers limités ne permettent pas d’embaucher des stars comme certains le font, en fait nous jouons pour le plaisir d’être ensemble. Cependant nous avons des succès au niveau de notre région et nous sommes suivis par quelques groupes de supporters des deux sexes.

Ce dernier samedi, nous avions joué à domicile et gagné notre match. Avant de faire un peu la fête pour célébrer cette victoire arrachée de haute lutte, nous devions d’abord passer à la douche et entre les mains des trois masseurs qui s’occupent de nous.

Nous avons la chance de posséder des installations d’un bon niveau avec sauna, hammam, jacuzzis attenants aux vestiaires. Avec quelques partenaires, nous étions en train de nous prélasser dans les remous du bain quand nous avons eu la surprise de voir arriver deux nanas que nous savions faire partie de nos fans pour les voir souvent aux premières loges des gradins.

Que venaient-elles faire là ? Comment avaient-elles pu pénétrer dans les vestiaires ? Chacun se posait la question ! Avant que l’un ou l’autre puisse réagir, elles étaient à poil et se glissaient dans l’eau à côté de nous. Visiblement, elles cherchaient l’aventure et je peux dire qu’à la fin de la soirée, elles avaient eu ce qu’elles cherchaient ! Deux jeunettes d’à peine 20 ans, deux corps minces mais avec des formes bien rebondies aux bons endroits, une blonde et une brune : elles étaient appétissantes.

Si deux de nos partenaires sont sortis aussitôt du jacuzzi, nous sommes restés à cinq célibataires et ce n’était pas la première fois qu’à deux ou à trois, il nous arrivait des bonnes fortunes comme celle la ! Sans un mot, les deux filles se sont glissées entre nous. Assises, elles ont commencé à nous prendre la queue en main pour nous masturber et l’une d’elle a attiré vers sa bouche le sexe du cinquième homme ! Des chaudes qui n’avaient pas froid aux yeux.

Malgré la fatigue, il ne nous a pas fallu longtemps pour que nos sexes soient bandés à fond ! Dès qu’elles ont senti que nous étions en bonne forme, elles sont sorties de l’eau et se sont allongées sur la margelle du bassin, présentant leur fessier comme dans un appel au viol ! Mais, ce ne serait pas un viol ! Elles étaient tout à fait consentantes à ce qui allait se passer en nous tendant des préservatifs, elles se sont écriées :

  • Allez-y ! Profitez-en bien ! Nous sommes à vous ! Baisez-nous ! Enculez-nous ! C’est votre récompense !

Deux de nos compagnons, Ludo et Jérémy, se sont aussitôt positionnés derrière ces belles fesses et saisissant les deux filles au niveau de la taille, ils se sont glissés dans les chattes ouvertes à leur intention d’une seule poussée virile. La blonde, baisée par Ludo, portait une tête de tigre tatouée au creux des reins, l’autre un lézard qui, courant le long de la colonne vertébrale, avait la tête à l’orée de la fente culière.

Les deux baiseurs y allaient avec ardeur ! Les fatigues du match et de la semaine de boulot semblaient oubliées. Ils baisaient les deux filles à grands coups de reins, entrant et sortant de leur partenaire dans un rythme de plus en plus rapide ! On aurait dit que c’était à celui qui jouirait le premier ! Les deux filles les encourageaient à haute voix :

  • Allez-y ! Bourrez-nous ! plus fort ! encore !

Finalement, ce sont elles qui sont parties en premier, jouissant comme des malades, à croire qu’elles s’étaient shootées avant de venir dans les vestiaires. Ludo et Jérémy ont joui aussitôt après et dès qu’ils ont retiré le préservatif, ils se sont à nouveau glissé brièvement dans le jacuzzi avant de nous quitter.

Les deux filles dont nous ne savions même pas le prénom se sont alors retournées vers nous trois :

  • A qui maintenant ! Qui a envie de se vider les couilles ?

Ahmed, le beur de l’équipe a empoigné la blonde, il l’a couchée sur la margelle du bain à remous et en lui relevant les jambes le long de son torse, il a commencé à la baiser comme un forcené. Il est monté comme un taureau, sa bite mesure certainement plus de 20 cm et elle est large avec un gland circoncis rond comme une tête de champignon. Avec Pascal, il nous restait la brune ! Qu’à cela ne tienne, nous allions nous la partager.

  • Mets-toi en levrette, tu vas me pomper le dard pendant que Pascal te baisera ! Je te ferai reluire ensuite !

A genou devant elle, j’ai présenté ma queue (pas très longue mais assez trapue) en face de sa bouche. Elle a commencé à lécher le gland avant de m’engloutir au plus profond. J’avais le pubis presque en contact avec son visage. Dès que j’ai été bien enduit de salive, elle a commencé de me pomper avec ardeur, alternant succions profondes et léchage du mat.

  • Bravo ma belle ! Suce-moi bien ! J’ai les burnes bien pleines !

C’est vrai que c’était une sacrée pipeuse ! Elle savait y faire ! Pendant ce temps, je caressais ses seins bien ronds qui ballotaient sous elle au rythme de coups de queue que Pascal lui mettait :

  • Waouh ! Qu’elle est bonne cette brune ! En plus, son cul palpite chaque fois que je sors de sa chatte ! Elle a du souvent se faire prendre le cul !
  • Oh oui ! J’aime beaucoup me faire prendre le cul ! Je jouis aussi fort de là que quand on me baise la chatte !

Aussitôt après avoir prononcé ces paroles la brune m’a repris en bouche mais je me suis dégagé rapidement car la sève montait ! Je me suis allongé sur le dos, la queue dressée comme un pal, certes pas très long, mais dur comme du bois tant j’étais excité :

  • Venez ! On va te prendre en double !
  • Oh oui, je veux !

Elle s’est aussitôt agenouillée au dessus de mon bas ventre, a couvert ma bite avec un préservatif et s’est empalée sur mon dard, l’engloutissant lentement mais d’un seul coup dans son sphincter. Waouh ! Quelle était chaude ! A peine étais-je au fond qu’elle a commencé à masser ma queue avec ses muscles internes en faisant des mouvements de bas en haut et en veillant à rester bien empalée…

  • Dis donc salope, tu es une aussi bonne baiseuse que pipeuse ! Que ton cul est bon !
  • Oh oui, depuis qu’il a gouté à une queue, mon cul ne peut plus s’en passer. D’ailleurs, j’ai toujours avec moi ce qu’il faut pour qu’il reste bien ouvert !

A peine avait-elle dit ces paroles qu’elle s’allongeait sur mon buste pour s’offrir à Pascal qui attendait pour la reprendre. Il s’est placé entre ses cuisses et a replongé sa bite dans la chatte de la fille. Moins de trente secondes plus tard, nous avons accordé nos mouvement pour bien prendre cette chienne dans j’avais pris les seins dans mes mains pour maintenir un semblant d’équilibre… Waouh, c’était bon ! Certes, ce n’étais pas la première fois que je baisais une fille en double comme çà… mais cette coquine battait tous les records et il lui en fallait encore plus :

  • Prenez-moi le cul à deux, vous verrez c’est merveilleux et vous m’emplirez bien !

Pascal s’est dégagé de la chatte et j’ai senti sa bite glisser le long de la mienne dans l’anus de la fille. Je ne pouvais plus bouger et c’est lui qui a commencé à limer le cul de cette garce. Je sentais les va-et-vient de la bite de Pascal contre la mienne et çà me faisait bander encore plus bien que je ne sois pas homo ! Notre plaisir à tous les trois montait, cette enculade, quelle belle idée. Pascal a déchargé le premier en criant :

  • Oh que c’est bon !

Et je l’ai suivi presque aussitôt au moment ou la fille jouissait également. Heureusement que je la tenais par la poitrine car elle s’est mise à gigoter dans tous les sens sous l’influence de la jouissance si bien que nos sexes se seraient séparés. Tous les trois, imbriqués l’un dans l’autre, nos deux bites entrain de mollir, nous reprenions notre souffle tant cette séance avait été intense.

Ahmed et la blonde étaient encore en tain de baiser mais ils avaient changé de position. La blonde, cramponnée après le tuyau d’une douche se faisait prendre debout par derrière et je dois dire qu’elle s’en prenait plein également. Je ne sais pas quelle entrée était utilisée, mais chaque que notre copain arrivait contre ses fesses, son pubis claquait sèchement. Puis ils ont joui à leur tour. Au moment où nous nous désunissions tous, la blonde s’est écriée :

  • Pas dans le bain ! Nous allons vous nettoyer les queues !

Toutes les deux, elles se sont agenouillées devant nous, ont retiré les préservatifs en souriant et en appréciant leur contenu :

Bravo les mecs, vous êtes généreux !

Puis elles se sont partagé nos bites, tantôt léchant la hampe ou les bourses, tantôt aspirant et jouant avec le glande de l’un ou l’autre entre leurs lèvres. Bref de fieffées coquines qui devaient avoir l’habitude de s’amuser ensemble avec des mecs…

Nous n’étions plus qu’à cinq. Les deux premiers garçons qui avaient profité des filles au début s’étaient éclipsés discrètement. Les deux filles alternaient les caresses sur nos sexes qui n’ont pas tardé à se redresser ! Nous avions encore des réserves et ces deux coquines étaient de si bonnes pipeuses que rapidement nous avons trouvé une vigueur suffisante pour pouvoir les baiser à nouveau.

Face aux deux filles, nous avons doucement masturbé nos sexes turgescents pendant qu’elles se mettaient à genoux devant nous. Aussitôt un ballet de bouches suceuses ou de langues agiles ont agacé nos pieux bandés. Elles passaient de l’un à l’autre, changeant de place et de bout tout en triturant doucement nos bourses qui, ayant déjà giclé abondamment, elles dont parvenues à nous soutirer quelques belles giclées qui sont allées s’étaler entre leurs seins.

Finalement, nous sommes passés tous les cinq sous la douche et là encore, ce furent des échanges de caresses et de baisers bien chauds. Puis, rhabillés, nous avons quitté le complexe sportif bras dessus, bras dessous pour aller prendre un pot dans un troquet encore ouvert.

Ecrit par le matou libertin

A lire également : J’ai sucé toute l’équipe de rugbyGang Bang improvisé pendant France-Allemagne

 

Mediaffiliation
 

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *