fantasme BDSM

L’agence qui réalise tous les fantasmes

L’agence qui réalise tous les fantasmes

Je suis Béatrice De Saint Marth (initiale: BDSM). Je dirige une agence d’un type un peu particulier. A l’image de la série TV Dollhouse ou du film « the Game –avec M. Douglas -», mon agence propose des « services sur mesure » à de riches clients. Avec mon équipe, nous réalisons les fantasmes (y compris les fantasmes BDSM) les plus fous. Et aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous certaines aventures réalisées. La première qui me vient à l’esprit concerne Lola, la fille d’une riche famille d’aristocrates parisiens. Education dans les meilleurs établissements, fraîchement diplômée d’une grande école de commerce, la belle s’ennuyait.

Lors d’un diner, un de ses amis (et accessoirement un de mes clients) lui a parlée de mon agence et ce dernier m’a contactée dans la foulée. Il m’a parlé d’elle. J’ai accepté de la recevoir le Mardi suivant. Comme d’habitude, je lui ai demandé l’adresse mail de Lola pour envoyer à cette dernière un questionnaire approfondi sur sa personne. J’ai plus l’habitude de satisfaire les caprices de messieurs mais bon « business is business ».

Lola m’a retournée le questionnaire sous 24h. Cette réactivité faisait, à mes yeux, preuve de sa motivation. Pour vous résumer son profil, Lola était une petite allumeuse, qu’une éducation trop rigide empêchait de faire éclore la salope qui sommeillait en elle.

Mardi 14h. La demoiselle est en retard. 14h25. Elle se présente à ma secrétaire qui la fait patienter. 15h35. Je la reçois. 23 ans, 1m75, taille mannequin, 90 C (à première vue), chatain, les cheveux au milieu du dos. Elle est vêtue d’une chemise cintrée et un jean moulant, une moue boudeuse et vulgaire, je comprends que les hommes bavent sur elle.

– Bonjour Lola, asseyez-vous.

– Bonjour Madame. La ponctualité vous connaissez ?

– Oui. Vous aviez rdv à 14h. Vous êtes venue à 14h25. J’ai donc commencé un dossier que je viens de finir. Je vous reçois dans la foulée. Maintenant, la porte est grande ouverte, je ne vous retiens pas.

– Heu…. Pardonnez-moi Madame,…

– Passons ! A l’avenir évitez de vouloir jouer les grandes avec moi. Que voulez vous ?

– J’aimerai que vous mettiez en scène mes fantasmes BDSM. J’aimerai être traitée comme une vraie chienne pendant 48h. Connaitre la déchéance et le plaisir sans fin. A la manière d’O.

– Je vois. En êtes vous sûre ? Car une fois lancée, vous devrez aller au bout de l’aventure. Des limites ?

– Oui madame ! Aucune limite.

– Très bien. Ci-joint le contrat. Suivez-moi mon avocat va vous l’expliquer en détails. Pour le démarrage du fantasme, vous recevrez un sms de ma part. Des questions ?

– Non madame. Merci.

Je l’ai accompagnée dans le bureau mitoyen du mien pour qu’elle signe le contrat avec l’avocat. Vendredi 15 h. Le téléphone de Lola sonne. Rdv dans une heure à la brasserie **** place du Trocadero. Habillée sexy. L’aventure commence maintenant.

Lola s’empresse de prendre une douche rapide et enfile un chemisier blanc, une mini jupe, des bottes à talons aiguilles. Une fois habillée et maquillée, elle sort de son immeuble et marche quelques mètres pour prendre un Vélib’. Arrivée devant la borne située devant le chantier d’un immeuble en construction, un ouvrier la siffle.

– Bonjour mademoiselle, t’es trop bonne !

Lola, surprise par ces mots, lance un regard foudroyant à l’ouvrier avec un air hautain et dédaigneux.

– Tu vas me répondre espèce de pétasse ! Tu te prends pour qui pour me regarder comme ça. Baisse les yeux de suite !

Lola se dirige alors vers ce solide gaillard d’une trentaine d’années, brun, à la peau couleur caramel et lui décoche un aller-retour avant de tourner les talons pour repartir prendre son Vélib’. Mais l’homme la saisit par les cheveux et la ramene vers lui

– Conasse ! Tu te prends pour qui… ? On va te faire faire, petite bourge !

– Mais laissez-moi ! Au secours… A l’aiiiiiiide

L’homme s’engouffre dans l’immeuble en construction en tenaillant fermement Lola par la taille. Cette dernière ne cesse de se débattre et de brailler. Arrivés au sous sol de l’immeuble l’homme jette Lola violemment sur le sol et siffle. Lola rebondit sur le sol tel un sac de ciment. Elle est déboussolée, apeurée et en pleurs.

– Laissez-moi… Prenez mon argent, laissez moi partir et je ne dirai rien… Je vous le promets

– Ta gueule, petite pute ! J’ai une surprise pour toi !

5 hommes arrivent dans le sous sol mal éclairé. 5 armoires à glace blacks qui fixent Lola avec un regard gourmand et lubrique. Lola est terrorisée.

– Regardez les gars ce que je vous apporte. Elle est à vous cette oie blanche.

2 des hommes s’approchent, prennent Lola par les aisselles et la soulèvent comme une plume. Ses pieds sont à 10 cm du sol. Ils la posent contre un pilier en béton. Un troisième gars qui les avait suivis, lui saisit les poignets et l’attache avec une corde autour du pilier. Lola est glacée d’effroi. La panique et la peur emprisonnent les cris au fond d’elle.

Elle manque de s’évanouir quand l’homme lui bande les yeux avec un foulard. Quelques minutes s écoulent, qui lui paraissent une éternité, avant que son ravisseur ne lui adresse la parole à nouveau

– On fait moins la maligne maintenant ! Tu vas voir on va bien s’occuper de toi. Allez-y les gars.

Lola tétanisée et solidement ligotée est incapable d’émettre le moindre son. Elle sent des mains parcourir son corps. Son chemisier est déchiré et ses seins sont caressés, palpés, et maltraités. Ses tétons durcissent et malgré elle, Lola commence à apprécier cette sensation nouvelle. Ses pointes dures furent pincées avec force.

Sous la douleur, un son enfin sort de sa gorge. Elle gémit de plaisir.

2 nouvelles mains passent sous la jupe et arrachent son string. Ces mains inconnues caressent l’intérieur de ses cuisses et sa fente. Lola sent que son sexe s’humidifie et elle écarte ses cuisses au maximum quand elle sent 3 doigts entrer dans sa chatte.

Lola s’abandonne complètement sous l’effet des mains sur sa poitrine et des doigts qui s’agitent en elle. Elle est à deux doigts de jouir comme jamais.

– Allez les gars, on arrête !

Et les mains se retirèrent dans la foulée.

Lola est perturbée, frustrée. En une fraction de seconde la honte et la peur revenaient. Qu’avait elle fait ? Qu’allait-il lui arriver ? Le bandeau fut ôté. Lola fut aveuglée dans un premier temps. Ses yeux s’habituèrent peu à peu à la lumière. Quand elle put les ouvrir entièrement, elle vit les hommes devant elle et une caméra.

– Tu t’appelles Lola **** et tu habites *****… Nous avons fouillé ton sac et pris tes coordonnées. Nous savons où tu habites, où tu travailles, nous avons les coordonnées de tes amis et de tes proches. Tu vas être très obéissante. Nous allons te libérer. Tu vas rentrer chez toi. Tu recevras tes ordres par SMS. Si tu désobéis,… La video sera envoyée à tes amis, collègues et à ta famille. Compris ?

– Oui….

– Pardon j’ai pas entendu ?

– Oui dit Lola d’un ton ferme – Les gars relâchez la.

Lola fut détachée, s’effondre sur le sol. Ses jambes ne la portent plus. Les hommes partent. Lola reste assise plusieurs minutes essayant de rassembler ses affaires et ses esprits. Elle sent peu à peu les forces revenir et se relève. Elle se dirige vers la sortie en titubant.

Une fois dehors, elle prend une forte inspiration. Son téléphone sonne :

– Rentre vite. Prépares toi. Je passe te chercher dans 90min. Le guide. Lola en lisant ce message se sent comme foudroyée. Elle regagne au pas de course son appartement, le cœur à la limite de faire exploser sa cage thoracique par la force de ses battements.

A lire également : Ma fabuleuse histoire de cul (chapitre 1), les 12 coups de minuit

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *