Nathalie, infirmière le jour et cougar la nuit

Nathalie, infirmière le jour et cougar la nuit

Ma mère est une ancienne hôtesse de l’air qui a travaillé pour une célèbre compagnie nationale. Autant vous dire que dès le plus jeune âge, j’ai été entouré de femmes séduisantes et toujours impeccablement apprêtées. A la maison, quand ma mère était là, elle recevait ses copines (et collègues). C’était un défilé incessant de femmes mûres, aux mensurations parfaites, à la prestance hors du commun et toujours habillées BCBG sexy. Alors oui, depuis mon enfance, je fantasme sur ces femmes qui pour moi représentent la quintessence de la beauté féminine.

J’ai aujourd’hui 22 ans, ma mère arrive sur la fin de la quarantaine. Elle a changé de job mais elle continue à recevoir ses copines à la maison. Autant vous dire que j’essaie un maximum de squatter le salon pour pouvoir admirer ces splendides femmes matures. Je deviens fou, l’été, quand on les reçoit pour d’interminables pool parties. J’ai même réussi à les filmer discrètement entrain de bronzer seins nus ou faire trempette dans le plus simple appareil. Pour éviter les histoires, je n’ai jamais dragué les amies de maman même si j’ai senti de la part de certaines, une envie de me concernant.

J’ai donc décidé de rencontrer une cougar française  en m’inscrivant sur un site spécialisé. J’ai rapidement sympathisé avec Nathalie, une infirmière rousse de 45 ans. Nous avons décidé de nous voir un samedi après-midi. Je lui ai donné rdv dans un hôtel sur Roissy. Ce qui est très drôle c’est que c’était ma première fois avec une cougar mais c’était la première fois qu’elle allait s’envoyer en l’air avec un lionceau.

Quand elle s’est déshabillée, j’ai manqué d’avoir une attaque cardiaque ! Une vraie bombe anatomique. 1m70 perchée sur 10 cm de talons, de vrais obus (95D), des hanches pulpeuses, une cambrure de malade. Cette merveille était enveloppée dans une guêpière en dentelle noire, avec porte-jarretelles et bas couture. Ma cougar était belle, sexy et pimpante. Bref, hyper bandante. Cela me changeait très clairement des filles que je fréquentais. Certes, elles étaient jolies mais n’avaient ni ce charme ravageur, ni cette aura sexuelle.

Au lit, j’ai pu déguster et jouer avec ses seins hypersensibles. Nathalie a décollé direct et s’est jetée sur ma queue. Quelle bouche, quelles techniques ! Elle a bien dû me faire 7 ou 8 trucs que je ne connaissais pas (mieux que dans un porno). Je crois que le mieux c’est quand elle me regardait avec son regard de furie assoiffée de sexe. J’ai joui dans sa bouche (elle s’est éclipsée pour tout cracher). A son retour, je lui ai sautée dessus pour un 69 débridé où (fier de moi) j’ai réussi à la faire jouir. J’ai découvert à ma grande surprise ce qu’était une femme fontaine. Ce moment de total lâcher-prise, nous a rapprochés. Je l’ai prise ensuite dans diverses positions. Cerise sur le gâteau, je l’ai dépucelée (et moi aussi par la même occasion) en la sodomisant. Wahouuu, quel souvenir…

Elle et moi avons fait l’amour tout un week-end. Je ne l’ai jamais revue. Mais je me suis mis  depuis à rencontrer des cougars françaises. Et notamment, 3 amies de ma mère mais ce sont d’autres histoires…

A lire également : Une belle mère chaude et insatiableIngrid, la cougar française

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *