Une belle mère chaude et insatiable

Une belle mère chaude et insatiable

Je tenais à faire partager à tous les lecteurs d’histoires libertines, le bonheur que je vis actuellement. J’ai la chance  de sortir avec une fille canon qui se prénomme Marion et d’avoir Isabelle, une belle mère chaude comme plan cul. Voilà comment tout cela a commencé…

J’ai rencontré Marion à la fac de droit et nous sommes très rapidement sortis ensemble. Cerise sur le gâteau, j’ai le plaisir de la dépuceler. Et en 6 mois, comment dire, j’ai eu l’occasion de lui faire vivre de nombreuses premières fois (première fellation, première éjaculations buccales et faciales, première sodomie, première ballade sans culotte,…). Cette fille de bonne famille au visage angélique devient peu à peu une véritable petite salope grâce à moi. Les choses se passant admirablement bien entre nous, elle a donc décidé de me présenter sa maman. Ce que j’ignorais c’est que j’allais découvrir une belle mère chaude.

Nous sommes allés un vendredi soir chez cette belle mère chaude. Quand elle a ouvert, j’ai eu grave la gaule. Une blonde platine d’1m70, en robe de soirée moulante et perchée sur des Louboutin de 12 cm ! Je ne vous parle pas de sa paire d’obus hallucinante ni de son cul à faire bander un mort. Autant dire que j’ai passé la soirée les jambes croisées pour dissimuler mon excitation.

Après le repas, Marion est montée se coucher direct. Autant vous dire que je l’ai suivie pour lui faire sa fête. Et elle allait prendre cher ! Sauf qu’une fois dans la chambre, ma petite chérie a freiné net mes ardeurs, elle était en zone rouge et la route l’avait épuisée. J’ai tout essayé pour qu’au moins, elle me suce mais rien à faire. Ma belle s’est endormie en 2 minutes.

Il ne me restait plus qu’à aller prendre une douche froide et m’astiquer dans la salle de bain. Me voilà sous l’eau gelée à essayer de me calmer. Comme j’étais toujours excité, j’ai mis l’eau à bonne température et j’ai commencé à me branler en pensant à ma belle mère chaude et à toutes les cochonneries que je lui aurai bien fait.

Soudain la porte s’est ouverte, et ma belle mère chaude est entrée pendant que je me masturbais. Elle m’a fixé et s’est avancée vers moi. Sans mot dire, elle m’a prise en bouche et y à fait disparaitre ma queue avant de me pomper en mode aspiratrice de bites. Jamais on ne m’avait sucé comme ça ! Je ne me suis pas fait attendre et j’ai craché ma semence dans la bouche de belle maman très vite. Elle a tout avalé et elle repartie aussi sec.

Je suis resté là comme un con. Sauf que j’avais encore envie. Quitte à déconner autant y aller à fond. J’ai pris une grande inspiration et j’ai foncé dans la chambre d’Isabelle (c’est le prénom de ma belle mère chaude). J’ai ouvert et je l’ai trouvée assise sur son lit entrain de lire. Je me suis approché, j’ai arraché le bouquin des mains avant de la pousser en arrière. Elle a rit et a ouvert son peignoir en grand. Quand j’ai vu son corps nu, j’ai failli avoir une attaque. Je l’ai retournée, mise sur le ventre et j’ai commencé à lui caressé la chatte … trempée. Comme je fais aussi de l’effet à Isabelle, j’ai positionné mon gland à l’entrée de son anus avant de le perforé. Et j’ai sodomisé, ma belle mère chaude sans sommation. A peine entré, qu’elle a commencé à gémir. Autant vous dire que je lui ai collé l’oreiller sur la bouche avant de la pistonner comme un taureau en rut. J’ai éclaté dans son petit trou bien serré. Au passage, son maquillage était ruiné et son oreiller avait une belle marque de dent et tout baveux.

Avant de partir, elle m’a roulé une pelle d’enfer. Je suis reparti sous la douche avant de rejoindre ma petite Marion…

A lire également : Ma voisine préfère les jeunesIngrid, la cougar française
Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *