Une secrétaire médicale très dévouée

Une secrétaire médicale très dévouée

Hello à tous les lecteurs (et les lectrices of course) d’histoires libertines. Je m’appelle Hélène, j’ai 36 ans et je vis en région parisienne où je travaille dans un cabinet médical. J’ai décidé d’écrire sur la relation très particulière que j’entretiens avec mon patron, un médecin généraliste.

J’ai été engagée après un classique entretien d’embauche. J’avoue que ce jour là, j’avais particulièrement soigné ma tenue tailleur jupe à mi cuisse, chemisier « légèrement » transparent, bas, 8 cm de talons. Le tout complété par un maquillage soigné et une coiffure impeccable.

J’ai bien remarqué son œil lubrique et ses regards appuyés sur mes jambes. Je ne cache pas que j’ai plus d’une fois, croisé et décroisé mes jambes, que j’ai mouillé mes lèvres et rit comme une dinde. Je voulais ce poste, je l’ai eu.

Un soir, une fois le dernier patient parti et mon travail fini, j’ai frappé à la porte du cabinet de mon boss pour le saluer avec de rentrer chez moi. Je suis entrée et je l’ai vu à son bureau entrain de se palucher. Il m’a fait signe de sa main libre et je suis partie non sans avoir remarqué la taille plus que généreuse du  sexe de mon patron. Toute la nuit, j’y ai pensé.

En arrivant au bureau le lendemain matin, nous avons fait comme si rien ne s’était passé la veille. Et le soir, au moment de lui dire au revoir, rebelote. Monsieur en pleine séance de plaisir solitaire. J’ai traversé la pièce et arrivée devant lui, je me suis accroupie, j’ai craché sur son gland et je l’ai caressé avec habileté pour ne pas dire dextérité, et il a fallu moins de 2 minutes pour qu’il éjacule. Je me suis levée et je suis partie en le saluant.

Le lendemain matin à peine arrivée, j’étais convoquée dans son bureau. En entrant, je l’ai trouvé pantalon et boxer sur les chevilles. Il m’a invité à prendre place entre ses cuisses. Une fois en position, il a caressé mes cheveux et a appliqué une légère impulsion sur l’arrière de ma tête. J’ai de suite compris le message et je l’ai sucé comme une vraie salope (regard, gorge profonde, …), tout y est passé. 5 minutes après, ma bouche était recouverte de sperme comme dans un film porno.

La journée s’est déroulée normalement. Le soir, j’ai été de nouveau convoquée dans son bureau. Il m’a remerciée pour la qualité de mon travail et mon ardeur à la tâche. Il m’a indiqué que j’allais recevoir une prime exceptionnelle pour mon dévouement. Il m’a proposée de continuer à le soulager plusieurs fois par jour moyennant une substantielle augmentation. J’ai évidemment accepté sans hésiter.

Sans entrer dans les détails, sachez que je l’ai soulagé avec ma bouche, ma main, mes seins et que ma chatte et mon cul sont régulièrement mis à contribution pour son bon plaisir. Il me prend aussi souvent sur son bureau mais j’avoue que je préfère cent fois quand il s’occupe de moi sur la table d’auscultation !

A lire également : Adieu migraine , Fellation à deux bouches à l’hôpital

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *