restaurateur coquin

Un restaurateur très coquin

Un restaurateur très coquin

Christine, 42 ans, Gers

J’ai rencontré Michel lors d’une soirée coquine en club. Ce séduisant quinqua très macho mais fort sympathique m’a attirée. Malheureusement ce soir là, nous n’avons pas pu coquiner. Nous avons juste papoté et échangé nos numéros.

Quelques jours plus tard, il m’a invitée à dîner et à faire la fermeture de son restaurant. J’ai accepté de suite. J’ai appelé ma copine Muriel pour qu’elle m’accompagne.

Le jour J, quand nous sommes arrivées dans le restaurant de Michel, tous les regards se sont braqués sur nous ! Deux blondes qui ont fait péter le maxi décolleté (95C pour moi et 100 D pour Muriel), perchées sur 10 cm de talons, forcément ça fait de l’effet.

Michel nous a accueilli avec gentillesse et un sourire jusqu’aux oreilles. Il nous a installées à une table à l’écart. Avec Muriel, nous avons commencé un petit jeu. A chaque fois que Michel passait devant nous ou venait à notre table, nous l’allumions. Nous avons commencé par des regards perçants et ma langue qui passe sensuellement sur mes lèvres, puis nous avons remonté légèrement nos jupes pour que Michel admire la couture de nos bas. Autant dire, que le bougre a bandé sévère au premier regard. Une bosse déformait son pantalon.

Au fur et à mesure que la salle se vidait, nous nous exhibions un peu plus. Le moment le plus intense fut quand je me suis mise face à Michel pour lui faire un croisement de jambes à la Sharon Stone, j’ai cru qu’il allait défaillir. Quand le restaurant fut vidé, il vint à notre table. Avec Muriel, nous avons retiré nos strings et nous les avons posés sur la table. Michel s’est empressé de débarrasser et Muriel s’est allongée jambes écartées sur la table. J’ai commencé à lui lécher la fente. Quand notre hôte est revenu de ses cuisines, il a retiré son pantalon et a commencé à se branler.  Je me suis levée de ma chaise et je me suis penchée en avant sur la table pour lui offrir mon cul.

Il n’a pas perdu de temps. Le temps d’enfiler une capote, et ses doigts fouillaient ma chatte trempée. Il m’a enfilée sa belle queue et m’a pilonnée comme je préfère, puissamment et lentement. Idéal pour que je prenne mon pied et que je broute Mumu. Chose rare, nous avons joui tous les trois simultanément.

Après avoir repris nos esprits, nous sommes allés boire un verre au bar. Nous avons chacune sucé Michel qui a visité nos orifices avec sa langue et son sexe toute la nuit…

A lire également La banquière prise en tournanteSodomisée sur le lavabo

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *