Une boulangère aussi chaude que ses croissants

Une boulangère aussi chaude que ses croissants

(Ecrit par Eva L.).

Depuis quelques temps, il y a une nouvelle caissière à la boulangerie, elle a 28 ans, mignonne avec des petits seins qui pointent sous sa blouse. Elle est d’origine libanaise. A chaque fois que je la vois, elle me dévore des yeux, pendant que je louche sur ses petits seins !

Alors hier, profitant qu’il n y avait personne d’autre, je l’ai branchée. Elle m’a dit :

«Viens vers 20h 30, je ferme la boutique et je rentre chez moi. Je n’habite pas loin. »

Ok, c est parti !

Je suis à l’heure, elle aussi ! Je la raccompagne, elle me dit qu’elle vit seule, et que je lui plait ! C’est une invitation ?

Elle me dit : « En fait j ai envie de toi a chaque fois que je te vois. »

  • « hummm, moi aussi »

Après un apéro, je commence à lui caresser la cuisse, elle enfouie sa tête dans mon cou, et me donne des coups de langue. Puis, elle glisse ses mains sous mon t-shirt, elle a les mains douces. Je commence à lui caresser les seins puis je lui bouffe les tétons, ils durcissent vite. Elle est excitée

Elle ouvre mon jeans et me pelote les couilles, sentant ma queue bien dure, elle l’effleure ça me rend dingue. Puis tout c’est emballé, elle enlève ses vêtements, puis s’empale sur ma bite. Elle se déchaine, j’essaie de calmer ses ardeurs, et de prendre les choses en main, mais rien n’y fait.

Elle continue de me chevaucher et franchement, les grands coups de reins qu’elle me met me donnent l’impression que c est elle qui me défonce ! Elle me dit

  • « fait attention, retiens ton éjaculation ! »
  • « A ce rythme là, ça va pas tarder! »

Elle s’agite encore sur moi, puis brusquement se retire et me taille une pipe de folie. Moi qui suis rodé à cet exercice, je n’en reviens pas! Elle me fait jouir, mais ne lâche pas ma bite, elle me suce ,m’ aspire ,je lâche a nouveau la purée quelques secondes plus tard!

  • « humm c’était bon » dit elle!!
  • « oh oui »
  • « surtout ne dis rien à ta copine, je n’oserai plus la regarder en face »
  • « rassure toi, Val n’est pas jalouse, et elle aime me partager

Elle n’en croit pas ses oreilles, alors je lui raconte tous nos délires. Ca a l’air de l’exciter, je vois ses tétons durcirent. Alors à mon tour, je la chevauche et la défonce profondément. Elle jouit à plusieurs reprises sous mes assauts! Nous avons prévu de nous revoir dimanche après-midi…

A lire également : Après l’apéro, Nadia est prise en sandwichVie porno

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *