Punie au Palais

Punie au palais de justice

Punie au palais de justice

Paul, 52 ans, Bruxelles

J’’avais un jour rencontré une nana un peu punk, un peu BDSM. Nous avions été boire un verre dans un petit bar rock n’ roll près de la Grandplace de Bruxelles. Très vite, elle m’avait pris la main et avait posé sa tête dans ma paume, façon particulière de me signifier sa soumission. Nous avions parlé de ses goûts, de ses peurs, de ses envies….pour une première rencontre ce n’était pas si mal. En fin de soirée, je m’étais proposé de la raccompagner jusqu’à son domicile, elle était montée dans ma voiture, il était 2h du matin.

Nous sommes passés devant le palais de justice, majestueux bâtiment, un peu mal entretenu, avec de nombreuses galeries extérieures donnant sur la ville en contrebas. Elle m’avait dit en passant devant qu’elle aimait l’idée de se faire punir dans un palais de justice. Nous nous sommes donc arrêtés et connaissant un peu les lieux, j’ai trouvé un escalier nous emmenant sur les balcons. Nous sommes donc arrivés devant la balustrade du balcon, nous avions tout Bruxelles à nos pieds, la lumière tamisée jaune des lampadaires de la rue faisait apparaître de grandes ombres, rendant encore toutes les statues qui ornent les frontons un peu plus fantasmatiques et à la limite du voyeurisme par rapport à ce que nous allions faire. Je l’ai poussée violemment, le ventre contre la balustrade, et j’ai relevé sa jupe. Je l’ai regardé, la tête dans le vide, les fesses à l’air, elle frissonnait à l’idée de ce qui allait se passer. Je l’ai poussé un petit peu plus vers l’avant pour que ses seins soient bien libres aussi dans le vide. A la première fessée, elle a sursauté mais n’a rien dit, je sentais ses fesses se serrer de peur d’en prendre une de plus. J’ai attendu, je lui ai parlé et au moment où elle s’y attendait le moins, j’ai remis ça. Une grande claque dont elle a gardé instantanément la marque. Elle a gémi, m’a remercié. J’ai donc continué.

Mon autre main lui avait écarté le corsage, libérant deux seins lourds aux mamelons arrogants. J’alternais fessée et torture des tétons, elle gémissait de plus en plus. De façon tout à fait inattendue, un saxophone a commencé à jouer rendant la nuit complètement folle. Un type profitait de la nuit, de l’acoustique de l’endroit pour jouer librement, il était au rez-de-chaussée et ne nous voyait pas. Elle en a profité pour s’exprimer encore un peu plus à chaque fessée, et plus encore quand j’ai enfin introduit mes doigts dans son sexe en ébullition. Elle se tenait à la rambarde des deux mains, comme si elle avait peur de tomber dans le vide. Elle proposé de me sucer, j’ai refusé. Elle a insisté, j’ai encore dit non, trop occupé à visiter ses entrailles de mes doigts. Elle s’est alors tournée brusquement tombant à mes genoux et s’est jetée sur mon pantalon. Je me suis accoudé à la balustrade et l’ai regardé faire, d’un air moqueur. Elle a sorti mon sexe qu’elle a englouti immédiatement, affamée.

La scène était surréaliste, le saxo jouait, la lumière donnait aux statues l’impression qu’on était dans une grande partouze de pierres, et la vue sur Bruxelles était magique avec ces mille lumières. Elle avait les seins à l’air, accroupie sur ses talons, les genoux ouverts, je voyais son sexe béant devant moi. Je l’ai finalement retournée, elle a repris sa place de punition et je l’ai pénétrée sauvagement en la tenant par les cheveux. Elle a gémi comme une bête, elle voulait que je la possède un peu plus encore… J’ai introduit un doigt dans son anus, puis deux….elle tremblait de tout son être et je me suis répandu dans son petit orifice après quelques coups de boutoir qui l’ont fait royalement hurler. Elle ne tenait plus sur ses jambes….elle est restée au sol un moment… Elle m’a embrassé les pieds, m’a remercié…J’ai joué celui qui n’en avait rien à foutre alors que la salope, elle m’avait passablement troublé. Nous sommes repartis en voiture, elle a voulu que je la dépose un peu plus loin….et nous ne nous sommes plus jamais revus…

A lire également : Mordicia Demonia actrice porno débutante , Luxure l’épouse parfaite-Dorcel

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *