Connexion  \/ 
x
S'inscrire
x

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la sodomie

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la sodomie

Sexy-mag
Typographie

Cet hiver, la presse féminine nous a rebattus les oreilles avec la sodomie. C’est à en croire les journalistes la pratique sexuelle à la mode. En 2015, la fellation était à l’honneur (et devenait même le ciment du couple). En 2016, la tendance est d’offrir sa pastille au membre vigoureux de son partenaire, bref de se faire enculer ! Comme tout et n’importe quoi a été dit sur le sujet, la rédaction d’histoires Libertines a décidé de traiter en profondeur ce sujet qui déchaîne les passions.

  1. Prologue… Faire les courses : autant une pipe peut se faire « à l’arrache » autant une sodomie demande de la préparation. C’est pour cela qu’il est important de passer au supermarché (ou en pharmacie) pour y faire 2 achats obligatoires : du gel à base d’eau et des préservatifs très résistants (par exemple : Manix Ultra Protect).
  2. Avant de commencer : attention à ce que vous mangez et buvez !  Le printemps est arrivé et avec lui, les régimes ! En effet, les femmes veulent toutes être belle en maillot et perdre les quelques kilos superflus. En cette période, la Contrex et l’Hépar coulent à flots… sauf que ces eaux ont un effet laxatif. A éviter donc. Evitez aussi de boire une boisson laxative avant un rapport anal, sinon c’est la cacastrophe assurée comme en témoigne Dimitri (37 ans, Tours) : « Avec ma copine de l’époque, on avait planifié un premier rapport anal. Tout se passait bien sauf que le préservatif est ressorti … tout noir ! Et je ne parle pas de l’odeur ! Elle avait omis de me dire qu’elle avait prit un laxatif dans le cadre de son régime. Bref, je ne l’ai jamais rappelée ».
  3. A la douche ! Une petite douche est obligatoire comme avant chaque rapport sexuel. Mais dans le cas d’un rapport anal, il est important de faire un lavement avec une poire anale et un embout de douche. Obligatoire si vous désirez rester la petite princesse de votre partenaire. Messieurs, pensez à bien vous couper les ongles afin de ne pas griffer !
  4. Préparez le terrain : L’anus, en plus d’être une zone hyper vascularisée, regorge de terminaisons nerveuses. C’est donc une zone très sensible dans tous les sens du terme qu’il vous fera conquérir. Commencez en douceur avec quelques baisers et caresses. Ensuite, titiller la pastille avec la pointe de votre langue (vous comprenez pourquoi les points 2 et 3 sont cruciaux), écartez bien les fesses de votre partenaire et rendez votre langue plus intrusive. Vous vous apercevrez que l’anus s’ouvre peu à peu. Une fois la corolle ouverte, mettez du gel sur vos doigts et massez l’anus. Massez sans pénétrez. Là aussi, le petit trou sera très réceptif et s’ouvrira, vous pourrez alors entrer un doigt délicatement. Doigt que vous ferez tournoyer doucement pour élargir et lubrifier le conduit.
  5. L’équipement : votre partenaire est prête et vous chaud comme la braise ? C’est le moment d’enfiler votre armure de latex renforcé (voir le Prologue). Il est nécessaire de se protéger pour éviter les MST mais aussi pour ne pas blesser votre partenaire (lésion interne). L’anus à la différence du vagin ne se lubrifie pas naturellement. Mettez un peu de gel sur le préservatif (après avoir enfilé ce dernier) et remettez-en sur le petit œillet. Ré-introduisez aussi un doit enduit de gel dans le conduit anal. Assurez vous d’avoir une érection d’excellente qualité car l’anus est très serré et la pénétration anale est plus difficile qu’une pénétration vaginale. Très important : il est impératif de changer de préservatif quand vous repassez sur un rapport vaginal et vice-versa (afin d’éviter les infections bactériennes).
  6. Une fois devant que faire ? : Là deux écoles s’affrontent. La première consiste à entrer le gland et le ressortir. Et recommencer plusieurs fois en avançant à chaque fois peu plus. La seconde consiste à entrer progressivement et à ne commencer les vas et viens, qu’une fois la verge rentrée. Il est donc nécessaire d’écouter votre partenaire qui va vous guider.
  7. Ca fait mal ? Pour une majorité de femme oui ! Après pour certaines femmes, cette douleur est très plaisante comme le confirme Sabrina 43 ans de Montpellier « J’ai mal quand mon mec me sodomise mais cette douleur c’est LUI. Je me donne à lui totalement et exclusivement. Cette douleur me le rappelle ». Il est donc très important de parler avec votre partenaire pour le guider et lui indiquer vos limites.
  8. Et après ? Il faut savoir que des désagréments intestinaux peuvent se produire.

Vous voilà maintenant prêt à (re)tenter l’expérience. Quoiqu’il en soit, il est important de rester dans le cadre de plaisirs partagés et d’être détendus. Have fun !

A lire également : Leçons de séductionUn si troublant baiserFellation : messieurs arrêtez de faire l'étoile de mer !Fellation : 10 conseils pour en devenir la reine

 

Note Globale (0)

0 sur 5 étoiles
Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire trouvé
Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir informé des news du site
Ce site internet est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes et images réservé à un public adulte et peut heurter certains sensibilités.
 
Je certifie sur l'honneur : Être légalement majeur(e) dans mon pays de résidence. Que les lois de mon état ou mon pays m'autorisent à accéder à ce site.
  Être informé du caractère pornographique du serveur auquel j'accède. Je déclare n'être choqué par aucun type de sexualité et m'interdit de poursuivre les auteurs d' histoires libertines.
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs afin réaliser des statistiques de visites.
J'ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur Entrer. Si je n'approuve pas, ou si je ne peux pas approuver, je quitte ce site en cliquant sur Sortir
 

Entrer sur le site
Quitter le site