Connexion  \/ 
x
S'inscrire
x

Moment coquin dans une impasse

Récits érotiques
Typographie

Minuit un soir d'automne. On sort du restaurant d'un petit village provençal. C'était un très bon repas en amoureux, rire, complicité, grande discussion. Je t'ai dévorée du regard toute la soirée et enregistré toutes tes petites allusions coquines. Il fait doux, je te propose d'en profiter pour aller se balader dans les rues.

Main dans la main, on marche d'un pas tranquille, le village est désert. Une brise venant d'un coup, soulève le tissu léger de ta robe, me laissant voir tes cuisses. Tu frissonnes, je mets mon bras autour de tes épaules et te colle à moi

  • "Tu as froid ?" Oui me réponds tu, le visage dans mon cou, entre deux bisous m'excitant

D'où je suis, j'ai vu sur tes seins libres, j'entrevois les tétons dressés, caressés par l'étoffe. Il ne m'en faut pas plus. Je nous dirige vers une rue plus étroite, plus sombre Et d'un geste, je plaque tes épaules au mur, et t'embrasse à pleine bouche, mouillant tes lèvres, joues, cou, partout. Ta main s'agrippe à mon crâne, tandis que l'autre est déjà plus bas.

 Il y a un muret, pile à la bonne hauteur et je te soulève un peu pour t'y assoir. Je tombe à genoux, et commence à baiser tes jambes, genoux, cuisses, tu les ouvres docilement. Tu sens mon souffle au travers de ton string déjà humide Tu croises tes jambes dans mon dos, cuisses en appui sur mes épaules, tu te laisses faire. Mon nez vient jouer de ton clito que je sens déjà très excitée. Je jette un coup d'œil vers toi, et je te vois te pincer les lèvres Tu me veux en contact direct sur ta vulve, d'un doigt, tu écartes ton dessous, et alors ma langue part doucement de ton périnée pour remonter le long de ton gouffre et finir autour de ton bouton sensible Je viens croquer doucement l'intérieur de tes cuisses, ce qui te fais sursauter

Je me relève et contemple ta beauté charnelle, juste éclairée d'un lampadaire lointain Tu es parfaite, offerte. Je fais glisser les bretelles de ta robe et tes deux dunes laiteuses apparaissent Je les effleure du bout des doigts, ce frisson qui te parcours n'a plus rien à voir avec le vent. Je me penche pour les gober, sucer, lécher. Ils se durcissent dans ma bouche, pendant que mes doigts pénètrent et caressent l'intérieur de ton ventre Tu me repousses un peu pour être plus à l'aise pour ouvrir mon jean. Tu batailles quelques secondes car la bosse est grande et tend mon pantalon Tu me libères enfin, mais ne lâches pas prise. Je t'embrasse, pendant que j'apprécie le va et vient de ton poignet.

Tu fais mine de vouloir te pencher pour me prendre dans ta bouche, mais je ne te laisse pas faire, j'ai trop envie de te prendre. De nouveau je te plaque au mur, te couvre le haut du corps de baisers intenses, pendant que je retire ton string et fait tomber mon pantalon. Alors je peux enfin venir en toi, je soulève tes jambes sur mes avant bras, saisi ton cul somptueux, et toi tu me guides d'une main ferme. Tu sens tes lèvres s'écarter au passage de mon gland gonflé de sang Je m'enfonce de toute ma longueur et nous avons le même soupir. T'appuyant sur le muret, tu soulèves un peu tes fesses pour que je vienne plus profondément. Tu ressens mes coups de reins comme une décharge à chaque fois que nos corps butent l'un contre l'autre. Je lâche tes fesses pour me saisir de ta poitrine d'une main, et de l'autre, glissée entre nous, je joue avec ton clito. La position n'est pas très confortable pour toi, tu me demandes d'arrêter. Je recule, et tu te mets debout. Tu te retournes, relèves ta robe, et te penches en avant. Tes talons te font venir à la bonne hauteur. Je m'engouffre à nouveau. Tu mouilles au point que mon bas ventre et mes testicules sont trempés. Prenant tes hanches, j'accélère le mouvement, jusqu'à entendre un son t'échapper, tes mains appuyées au mur se crispent, et tu me sens gonfler et jouir. Je ne peux plus bouger, je voudrais rester ainsi pour toujours, mes jambes me portent à peine. Tu me guides pour m'asseoir sur le muret. Tu m'embrasses, pleine de sensualité, ouvres ma chemise, pour baiser mon torse, et plus tu descends et plus je sens mon sexe encore dur passer entre tes seins. Tu t'accroupies, et en me regardant, tu passes ta langue sur mon gland, pour récupérer les dernières gouttes de ma jouissance, mélange de nos deux goûts. Tout en me masturbant, tu viens jouer de ta bouche sur mes boules, tu sais que j'adore ça. Puis reviens me sucer, aspirant, serrant, tu veux que je vienne comme ça et tu t'appliques. Il ne faudra pas longtemps avant que ne vienne une deuxième vague, tellement tu m'excites. Et c'est au fond de ta gorge que je jouis pour la deuxième fois, tu as eu ce que tu voulais, la maîtrise de mon plaisir. Tu me gardes en bouche tout en avalant ce liquide chaud, je sens ta langue passer et repasser sur ma veine Enfin tu lâches prise et te redresses pour venir contre moi. Il est temps de rentrer mon amour, la route risque d'être longue.

A lire également : Adieu migraine, Une petite pipe sur la route

 

Note Globale (0)

0 sur 5 étoiles
Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire trouvé
Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir informé des news du site
Ce site internet est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes et images réservé à un public adulte et peut heurter certains sensibilités.
 
Je certifie sur l'honneur : Être légalement majeur(e) dans mon pays de résidence. Que les lois de mon état ou mon pays m'autorisent à accéder à ce site.
  Être informé du caractère pornographique du serveur auquel j'accède. Je déclare n'être choqué par aucun type de sexualité et m'interdit de poursuivre les auteurs d' histoires libertines.
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs afin réaliser des statistiques de visites.
J'ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur Entrer. Si je n'approuve pas, ou si je ne peux pas approuver, je quitte ce site en cliquant sur Sortir
 

Entrer sur le site
Quitter le site