Connexion  \/ 
x
S'inscrire
x

Sodomisée sur la photocopieuse

Récits érotiques
Typographie

Simon, 28 ans, Toulouse

Je kiffe trop le mois d’août au bureau. Il n’y a personne (et surtout les chefs sont en vacances), j’arrive et repars quand je veux, prends 2 heures pour me sustenter, confortablement installé en terrasse d’où je mate les gonzesses qui passent dans leurs shorts moulants ou leur robe d’été ras la touffe.

Dans la boîte où je bosse, à chaque été, des intérimaires  envahissent les locaux. J’ai sympathisé avec Manon qui faisait un remplacement au standard. Une jolie fille, assez discrète très typée « Girl next door ».

Le vendredi juste avant le pont du 15 août, elle est venue dans mon bureau (que je partage avec un collègue en congés) car c’était son dernier jour. Un petit mot gentil, la bise et hop ! Je me remets au boulot pour finir une étude pour un client particulièrement… tatillon. Sauf que la miss vient pose ses fesses sur ma demi-armoire et forcément sa jupe remonte. Ce qui devait arriver, arriva, popole s’est mis au garde à vous. Et pendant ce temps, j’ai la minette qui blablatte sur sa vie. Je lui explique juste que je dois finir le projet et que je n’ai pas envie de partir à minuit. Si elle le souhaite on ira déjeuner ensemble un jour. Un poil vexée, elle se lève et prend la porte mais au moment de la fermer, la revoilà qui embraye son moulin à paroles.

Je sais pas à quoi elle joue mais je vais en avoir le cœur net. Je lui dis :

  • Manon, je vais aller dans la salle photocopieur (située au fond de mon bureau), si tu n’es pas partie quand je reviens, je ne réponds de rien. Il n’y a plus personne à l’étage ! Bon week-end à toi et bonne continuation. N’oublie pas de passer au vert !

La petite est rouge et surprise. Je me lève et vais faire mes copies. Et bien sûr, plus de papier ! J’ouvre un grand placard, fouille et déniche la dernière ramette ! Quand je me retourne pour remettre du papier, qui je vois ? Manon !

  • T’es inconsciente ! Tu veux qu’il t’arrive des trucs ?
  • Et qu’est-ce qu’il pourrait m’arriver ?

J’ai fermé la porte de l’intérieur (en laissant la clé sur la serrure), j’ai attrapé Manon par le poignet et je l’ai poussée en avant sur la machine. J’étais excité, furieux. J’ai remonté sa jupe sur sa taille. Elle ne disait rien. Elle était essoufflée. Mes mains ont fait tomber son string sur ses chevilles. D’un élégant geste de pieds, elle s’en débarrassa totalement. J’ai sorti  deux capotes de mon portefeuille. J’ai enfilé le premier avant de poser mon gland sur sa chatte. La petite salope, elle était toute mouillée. Ni une ni deux, je l’ai pénétrée. Mes hanches ont claqué très fort sur ses fesses ce qui lui fit pousser un cri de plaisir. Je reste en elle, immobile. Je lui murmure à l’oreille :

  • Tu sais que t’es bonne petite allumeuse. ?
  • Prend moi ! Vas-y !

Je me retire.

  • Bouge pas

Je lui claque les fesses et enfile la seconde capote.

 Manon n’a pas bougé. Je lui écarte les fesses, crache sur sa rondelle. Je positionne ma queue sur son petit trou. La belle se contracte, résiste. J’entends sa mâchoire craquer tellement elle les dents. Mais à force de persévérance, je force la petite et mon gland prend possession du conduit anal de Manon. Cette dernière reste de marbre. Je m’enfonce lentement en elle. Son trou est serré mais très souple. Autant dire que je bande comme rarement. Une fois pleinement entré, je me retire de 5-6 cm avant de faire un puissant va et vient. Manon en a le souffle coupé.

  • C’est bon d’être dans ton cul ! Je te prends par derrière pour que tu m’appartiennes totalement. Tu vas être à moi !
  • Ouiiiiiiiiiiiiiii ! ohhhhhhhhhh ! Je suis à toi, ouiiiiiii ! Défoules toi !

Ces quelques mots m’ont rendu fou. J’aggripé ses fesses et je l’ai torpillée en mode « bourrin puissance marteau pilon puissance taureau en rut ». Au moment de jouir, je me retire ainsi que le préservatif. Et j’éjacule sur ses fesses. Je redescends la jupe.

Manon se retourne et me roule une pelle à m’en décrocher les amygdales. Puis elle se baisse, lèche la petite goutte de sperme qui pendouille, embrasse mon gland.

  • A ce soir toi …

A lire également : Après l'apéro, Nadia est prise en sandwichUne belle partie de sexe au bureau

Note Globale (0)

0 sur 5 étoiles
Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire trouvé
Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir informé des news du site
Ce site internet est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes et images réservé à un public adulte et peut heurter certains sensibilités.
 
Je certifie sur l'honneur : Être légalement majeur(e) dans mon pays de résidence. Que les lois de mon état ou mon pays m'autorisent à accéder à ce site.
  Être informé du caractère pornographique du serveur auquel j'accède. Je déclare n'être choqué par aucun type de sexualité et m'interdit de poursuivre les auteurs d' histoires libertines.
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs afin réaliser des statistiques de visites.
J'ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur Entrer. Si je n'approuve pas, ou si je ne peux pas approuver, je quitte ce site en cliquant sur Sortir
 

Entrer sur le site
Quitter le site