Adieu migraine

Adieu migraine

Amandine, je vais te partager avec toi un de mes secrets de femme. Je m’appelle Elisabeth, j’ai 53 ans, et je vis à Cannes. Je suis ce que l’on appelle familièrement une bourge. Même si je n’ai plus la fraîcheur de mes 20 ans, je garde de beaux restes (suffisants pour que les hommes se retournent derrière moi). Je suis mariée à un homme très riche, plus vieux et sur lequel les femmes ne se retournent pas. Je sais qu’il me trompe régulièrement, il ne me l’a jamais caché. Je fais avec, c’est une vie que j’ai choisi. A côté de cela, je n’ai jamais eu à travailler et il cède à toutes mes folies dépensières.

Mais je m’éloigne. Comme beaucoup de femmes dans mon cas, écarter les cuisses pour accomplir le devoir conjugal est une corvée. J’ai bien sûr prétexté le mal de crâne, les problèmes gynécologiques, … mais à un moment, il faut bien passer à la casserole.

Un jour, je suis tombée par hasard (oui, oui par pur hasard) sur la vidéo d’une femme qui donnait des leçons de masturbation masculine. Elle avait une technique très particulière. Elle enduisait sa main de lubrifiant avant de se lancer dans une énergique branlette du sexe de son partenaire. Elle s’arrêtait net, maintenait fermement le membre de sa main et massait le frein de l’homme avec son pouce. En 2mn27 secondes, l’affaire était pliée et elle partait se laver les mains.

Cette vidéo m’a donnée des idées et le soir même quand mon mari est rentré et s’est vautré dans le canapé. Je me suis mise entre ses cuisses, j’ai déboutonné son pantalon, j’ai sorti sa queue mollassonne que j’ai d’abord branlée avec deux doigts, histoire de lui donner un peu de vigueur. Une fois, atteint un niveau de bandaison acceptable, j’ai aspergée ma main de gel lubrifiant et j’astiqué le pénis de mon mari avec vigueur. Il n’en revenait pas. Il m’a demandé de continuer en me disant

  • Je savais bien qu’il y avait une belle salope qui dormait en toi

Cela m’a fait sourire. J’ai arrêté net et j’ai commencé un massage de son frein avec mon pouce. Monsieur appréciait, il grognait de plaisir. Et ce qui devait arriver, arriva, il éjacula en moins de 3 minutes.

Depuis tous les jours, je le branle. Il est content et il ne me demande plus de mettre en place pour le devoir conjugal. Je dois être sacrément douée car il a doublé depuis mon plafond de dépense !

A lire également : Riches, Belles et Salopes ; Branlette espagnole faut que ça glisse

 

Mediaffiliation

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *