baisée par son patron

Baisée par son patron

Baisée par son patron

Coucou Amandine, je m’appelle Lia, 30 ans de Calais. Je viens confesser une aventure qui m’est arrivée quand j’avais 19 ans. A l’époque, je travaillais l’été comme vendeuse dans un magasin de maroquinerie. Pour les besoins du job, je dois être habillée chic et féminine. Un jour, je me suis rendue à la réserve pour récupérer un sac d’une célèbre marque épuisé en rayon.  Et me voilà partie en robe moulante noire, bas et talons dans ce local mal éclairé. En passant entre deux rangées de cartons, j’ai trébuché et me suis retrouvée les quatre fers en l’air. Au passage, les piles de cartons se sont écroulées et j’ai mis un beau bordel.

Mon patron s’est précipité dans la réserve pour voir ce qui s’est passé. Il m’a demandé si tout allait bien tout en me tendant sa main pour m’aider à me relever. Une fois debout, je vois que le regard de mon boss est fixé sur ma cuisse droite. Oupsssss, la robe s’est déchirée jusqu’à la taille, laissant apparaître très largement la couture de mon bas. Je deviens pivoine, confuse. J’essaie maladroitement de fermer l’échancrure avec ma main mais c’est encore pire. Mon boss se baisse et me frotte l’arrière du mollet.

  • Je croyais que c’était de la poussière mais je crois que votre bas est filé.

Je reste pétrifiée et tente de bredouiller quelque chose. La main de mon bosse est chaude et rassurante. Elle remonte sur la cuisse. J’aime la sensation qu’elle me procure. J’ai le souffle court. Ses deux mains sont maintenant sur mes cuisses et se font plus pressantes et aventureuses. Mon boss se relève, me saisit par la taille avant de me poser devant le mur de la réserve. Je prends appui avec mes mains. Je le sens qui remonte ma robe déchirée, puis mon tanga qui descend. Je me rends compte que je suis trempée d’excitation. S’en suit un bruit de braguette qui descend. Ses mains écartent mes fesses et je le sens en moi. Le salaud, sa queue est bonne. Il me prend à grands coups puissants. Je sens son souffle sur mon cou. Je gémis, j’adore me faire baiser comme cela (et confidence pour confidence) c’est une première avec un homme plus vieux, dans un lieu insolite, et dans cette position. Mon boss se retire. Il ramasse mon tanga, se branle avec, éjacule dedans, me le tend avant de disparaître.

Je reste quelques minutes hébétée au milieu de la réserve, le tanga à la main. Machinalement je regarde ma montre. 18h ! Il est l’heure d’y aller. Je repasse par le vestiaire, je mets le tanga dans mon sac et je file rejoindre Brian, mon chéri qui m’attends sur le parking. La scène qu’il m’a faite quand il a vu ma robe… Pfff Je ne vous raconte pas. Le soir, il a eu le droit à sa petite partie de baise et ensuite tout allait pour le mieux.

Le lendemain dans mot casier, j’ai trouvé une très jolie paire de bas couture avec un petit mot :

-« Portez-les demain ».

Le lendemain, je me suis habillée en tailleur et talons hauts et je portais les bas couture. Je suis arrivée trente minutes avant l’ouverture du magasin et je suis allée directement dans le bureau du boss. Je tape à sa porte, il m’ouvre, j’entre. Il referme la porte mais reste appuyé dessus car celle-ci  ne ferme pas à clé.

  • Monsieur, je tenais à vous remercier pour votre cadeau
  • Mais de rien Lia, montres moi comment tu les portes

J’ai souri et j’ai remonté ma minijupe de manière à ce qu’il puisse admirer son cadeau.

  • Tu les sublimes ! Regarde l’effet que tu me fais.

Il baisse pantalon et boxer et je vois sa belle queue fièrement dressée. Ma  main est attirée par sexe. Je le caresse et le décalotte avant de m’accroupir pour le sucer avec la fougue de mes presque 20 ans. Il n’a pas résisté longtemps. J’ai pris sa semence en bouche et j’ai tout avalé (encore une première fois). On s’est rhabillé et je suis partie travailler au magasin. J’ai repris la fac quelques jours après. Je n’ai jamais eu de nouvelles de mon boss.

A lire également : Rachida, 39 ans, Beurgeoise, patronne et salope, la banquière prise en tournante

Suivre Histoires Libertines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *