Connexion  \/ 
x
S'inscrire
x

Derniers Articles

Bonjour les internautes d’histoires libertines, ici Sandra, j’ai 45 ans et j’aime le sexe. Je dois avouer que tous les week-ends je me fais un petit plan cul Paris avec des mecs. Un week-end je me suis même tapée 6 mecs en 2 jours. C’est pas de ma faute si mes annonce sexe Paris ont beaucoup de succès et  surtout si je ne sais pas refuser les avances d’un beau mâle en rut.

Je sens que les petits coquins et les coquines qui lisent ma prose ont envie d’en savoir plus sur ce week-end. Alors, voici comment cela s’est réellement passé. J’avais rendez-vous avec Alexandre, un sexefriend, vendredi soir. Je suis allée chez lui, il s’est jeté sur moi à peine, la porte franchie. Je me suis retrouvée en moins de 30 secondes à quatre pattes dans le couloir avec sa queue qui me limait la chatte et ses mains qui empoignaient fermement mes fesses. Ca a été un quickie très sympa. On s’est installé sur le canapé ensuite et n a bu un verre. Son téléphone a sonné et il a du me demander de partir car il devait retourner bosser, une urgence à l’hôpital. Alors que je suis dans le VTC qui me ramène chez moi, Franck un contact noué sur un site de plan cul Paris, me chauffe par sms et m’invite chez lui. Comme c’est sur la route, je me suis arrêtée.

Quand je suis arrivée, il m’a accueillie nu sous son tablier et m’a accompagné jusqu’à son bar où il préparait des mojitos. La vue de ce beau mec viril aux trois quart nue m’a émoustillée. Je suis très vite passée derrière le bar pour pouvoir tâter la marchandise. Et me voila à genoux entrain de me faire défoncer la bouche par cet homme TTBM. J’en ai le souffle coupé. Jamais on ne m’a baisé la bouche comme cela, je suis aux anges, je perds toute notion de temps et d’espace.

Quand il s’est arrêté, je me suis retrouvée en moins de 2, plaquée contre le bar. 2 violentes claques sur les fesses m’ont fait reprendre mes esprits très vite. Encore sonnée, j’ai sentie une brulure intense au niveau de mes fesses. Franck était entrain de me sodomiser avec son sexe XXl. J’ai hurlé puis peu à peu je me suis habituée et j’ai pris un plaisir monstrueux… A suivre

A lire également : J'ai sucé toute l'équipe de rugbyLa banquière prise en tournante

Commentaire (0) Clics: 199

Bonjour, à toi, Diablesse Amandine ! Je me présente, je m’appelle So, j’ai 21 ans et je suis étudiante en Stpas. J’ai longtemps hésité avant de passer au confessionnal mais je viens de trouver le courage de raconter et de t’envoyer mon témoignage de teen pour H mur.

J’ai 21 ans mais j’en parais 15-16 ! En boite, on me demande ma pièce d’identité avant d’entrer. Et c’est pareil dans beaucoup d’endroit. Alors oui, des fois j’en joue. Et j’avoue que la dernière fois cela a eu du très bon même.

J’ai rencontré Thierry un bel homme de 45 ans dans un bar pendant une sortie entre copine. C’était la première fois que j’étais attirée par un homme beaucoup plus vieux que moi. C’est lui qui m’a dragué et je vous le donne dans le mille, il m’a demandé ma pièce d’identité ! Ce soir là, on a passé la nuit ensemble et j’ai découvert des plaisirs et des zones érogènes insoupçonnés dans ses bras.

Je l’ai revu ensuite chez lui. Il m’a avoué qu’il craquait complètement pour mon côté teen pour h mur et qu’il avait très envie de me proposer des jeux dans ce sens. Au lieu de trouver cela pervers, l’idée m’a enchanté été excitée. Je lui ai demandé quels jeux il souhaitait mettre en place.

C’est alors qu’il s’est absenté et qu’il est revenu avec une boite et m’a demandé d’aller l’essayer. Je me suis donc retrouvée en tenue de petite étudiante anglaise avec chemisier blanc à nouer au dessus du nombril, une mini jupe plissée, des bas blancs et des talons très hauts. Ca faisait vraiment actrice de film X, d’abord gênée, j’ai adoré quand j’ai vu les yeux pétillants de mon amant. Il m’a emmené dans son bureau et a commencé à me donner ma première de sexe. Cela fait maintenant 6 mois qu’il m’éduque et je deviens peu à peu sa poupée, sa parfaite petite élève qui apprend chaque jour un peu plus à combler ses désirs à la perfection.

A lire également : Fellation du lundi matinKarima, baisée par 3 mecs dans une cave

Commentaire (0) Clics: 159

Il y en a qui fantasment sur les blondes à gros seins, d’autres sur les hôtesses de l’air. Moi c’est les beurettes. Peu importe qu’elle soit grande ou petite, mince ou ronde, tant que c’est une beurette, je bande direct. C’est mon truc. J’ai eu l’occasion de me taper quelques beurettes matures, c’était juste incroyable comme expérience mais je préfère les beurettes bien fraîche entre 20 et 25 ans.

Pour enchainer les plan cul beurette, j’ai une super adresse ! Sur ce site, spécialisé dans le plan cul beurette, on trouve des beurettes de tous styles qui ne cherchent qu’à s’éclater et prendre du bon temps au pieu avec des mecs. C’est mon paradis.

C’est d’ailleurs grâce à ce site que j’ai réussi à choper Nora. Une jolie marocaine, blonde, avec des courbes à la Kim K. Autant vous dire, que je ne l’ai pas lâchée et que j’ai tout fait pour avoir un rencard avec. Ce fut un peu compliqué (je me suis amusé ailleurs pendant que je la draguais) mais j’ai réussi à ce qu’elle accepte une rencontre sexe en ma compagnie. Pour l’occasion, j’ai mis les petits plats dans les grands. Je l’ai invitée dans un superbe hôtel 4 étoiles dans Paris.

Quand je lui ai ouvert la porte, j’ai eu une fracture nette de l’œil de droit. Cette nana c’est pas un avion de chasse, c’est un missile balistique. A peine assise, je me suis mis à genoux et je lui ai bouffé la chatte en mettant ma tête sous sa jupe. Elle ne portait même pas de culotte. Elle a joui très vite et m’a rendu la pareille en me taillant une pipe mémorable. Toutes les techniques y sont passées, jeux de langue sur mon gland, mordillage, gorge profonde,… Elle m’a même offert un long anulingus. J’ai pris un pied. On s’est reposé un peu avant de réattaquer en 69. J’ai enfilé une capote. Elle m’a demandé de la sodomiser car elle était toujours vierge et voulait le rester jusqu’au mariage. J’ai respecté. J’ai prise le temps de bien lui préparer l’œillet avant une sodomie explosive. Quand je l’ai pénétrée j’ai cru que j’allais jouir immédiatement. Jamais je ne m’étais senti aussi bien dans le cul ou le sexe d’une nana. A croire qu’elle était faite pour moi. Alors j’en ai bien profité…

A lire également : Cocufié par ma beuretteAprès l'apéro, Nadia est prise en sandwich

Commentaire (0) Clics: 139

Y’a pas à dire mais quoi de mieux qu’un bon plan cul paris quand on a 23 ans et la vie devant soi. Je m’appelle Tom, j’habite à deux pas de la place des Ternes. Cela va faire clicher mais je suis le fils d’un couple d’avocats. Je suis la caricature même du petit bourge parisien des beaux quartiers, et j’assume ! Je viens de rompre avec Céline, ma petite amie depuis 2 ans alors j’ai eu besoin de me changer les idées. J’ai essayé Tinder mais ce n’est pas pour moi. J’ai donc passé une annonce sexe paris sur un site spécialisé sur le plan cul paris. Mon annonce a eu un succès certain puisque j’ai 8 réponses en quinze jours. Et j’en ai pu concrétiser 3 plan cul. Tous les 3 avec de belles trentenaires.

Il y a eu Sophie l’infirmière qui adorait se faire sodomiser des heures durant. Oui vous avez bien lu, elle m’a d’ailleurs épuisé cette garce mais son boule était trop bon. Je l’ai même revu pour deux plans sodo de malade. Il y a aussi eu Cynthia, une libraire pulpeuse. Avec son 95 F, elle m’a fait ma première branlette espagnole. Rigolo, doux mais pas trop mon truc. Sinon, elle était bonne pou un soir…

Enfin, il y a eu Gwen. Sa profession ? Son âge ? J’en sais rien. J’ai juste son 06 et son adresse. C’est suffisant. Cette nana est juste extra au niveau plan cul. On a échangé nos photo, et une vidéo par what’s app et 1 h après elle me sautait dessus chez elle. Toutes les positions y sont passées. On a baisé comme des animaux pendant une nuit entière. Au réveil on a remis ça. Le plus génial dans cette histoire vraie (je précise) c’est qu’à la sortie de la douche, elle m’a proposé de rester avec sa copine Isa pour un plan à trois.

Je vous laisse deviner ce que j’ai répondu…

Commentaire (0) Clics: 118

Bonjour Amandine, c’est Delphine. J’ai la trentaine et je suis chef de projet dans le numérique. Je voyage aux quatre coins de la France pour intervenir lors de salons ou de congrès. Je ne te cache pas que je suis une lectrice assidue du confessionnal pendant mes trajets ou mes soirées seule à l’hôtel. Le mois dernier, je me suis rendue à un salon sur Paris, qui se tenait à la porte de Versailles.

Mon assistante s’y est prise au dernier moment et tous les hôtels du coin affichaient complets. Je me suis donc retrouvée à Rosny-sous-bois, en pleine Seine Saint Denis, 93. Autant le dire tout de suite, un hôtel perdu en pleine zone industrielle du  9-3, c’est loin d’être de la bombe, bébé ! Forcément, ça a refroidit mon amant parisien, qui lui est habitué au charme de la rive gauche. Me voilà donc en plein plan loose. Après voir pris ma chambre et ma douche, j’ai tapé sur le navigateur de mon smartphone plan cul 93, plus pour le fun qu’autre chose car je ne me voyais pas me taper une racaille du coin ou finir en tournante dans une cave. Je suis tombé sur un site qui avait l’air sympa. J’ai donc posté une annonce sexe 93 par curiosité. J’ai de suite reçu des dizaines de réponses.  Dans le lot, j’ai été séduite par Mouss, un beau marocain de 28 ans. Séduisant, séducteur et charmant, j’ai craqué et je lui ai donné rendez-vous à l’hôtel.

Il est arrivé 30 minutes plus tard. Le temps pour mois d’enfiler une robe noire sexy et des talons. Quand j’ai ouvert la porte, j’ai de suite été impressionnée par ce brun ténébreux d’1m95 et taillé comme un Dieu du stade. Il m’a invitée à sortir sur Paris. Cette proposition m’a encore plus déstabilisée. Je m’attendais à ce qu’il me saute dessus directe et qu’il me fasse sentir femelle (j’en avais très envie). Je l’ai donc suivie dans sa sublime berline. Mouss est un VTC en repos ce soir là. Pendant la demi heure de route, la conversation a été des plus agréables et sa main droite ferme et sensuelle n’a pas arrêtée de se balader sur mes cuisses. Sur la fin du trajet, on est tombé dans un ralentissement. Ses doigts ont été d’une extrême habilité et se sont faufilés dans ma chatte. Autant dire que j’étais trempée.

Il a garé la voiture dans un parking souterrain, à un étage quasi désert. Je lui proposé de passer derrière où les vitres sont teintées. Je me suis jetée sur son sexe et je l’ai pompée en mode aspiratrice déchainée. En 2 minutes, sa semence dégoulinait de ma bouche. Il faut dire que chez Mouss, tout est hors norme ! Avant de partir, il m’a retirée mon string. Et nous sommes allés prendre un verre. En rentrant, mouss m’a prise contre un mur dans une impasse mal éclairée. Comme ça, il m’a plaquée face contre un mur, a remonté ma robe et m’a pilonnée. Un quickie rapide mais intense. Mes jambes ne me tenaient plus. Il a presque fallut qu’il me porte jusqu’à la voiture.

De retour à l’hôtel, il m’a baisée sans relâche toute la nuit. Le réveil fut dur, très dur même. Ma foufoune était toute dilatée et j’avais des putains de courbatures au niveau des cuisses. Mouss a été gentleman jusqu’au bout puisqu’il m’a déposée au salon. J’ai hâte de revenir en Ile de France et de me refaire un plan cul 93 avec lui ! 

Commentaire (0) Clics: 158

Salut la planète libertine, je m’appelle Téo, j’ai 28 ans et j’habite en Savoie. J’ai eu envie de prendre mon clavier pour partager avec vous, une de mes (rares) expériences sexuelles. Je suis le stéréotype  du « Nolife ». Je bosse comme cadre dans une boite qui fabrique du matos de ski et quand je rentre chez moi, je m’installe pour jouer aux jeux vidéos en ligne (vous précisez lequel n’a absolument aucun intérêt dans cette histoire) jusqu’à pas d’heure. Bref, pas le temps d’avoir de nana et j’avoue que ce n’est pas ma priorité. Après, j’ai des besoins à satisfaire et je me mate un petit porno de tems à autre (ok, plusieurs fois par semaine). Je suis fan d’une actrice porno et en faisant une recherche concernant sa filmographie, j’ai vu qu’elle faisait des shows webcam.

En plus, de faire du porno la belle s’exhibe sans retenue en live par cam. J’ai donc tenté l’expérience. Je me suis inscrit sur le site de live show par webcam. J’ai sélectionné la camgirl (vous avez deviné laquelle) et j’ai payé pour pouvoir passer une demi-heure en privé avec elle. Ca a été incroyable comme expérience. La miss a été super sympa, à l’écoute, disponible et sensuelle. Depuis, je me connecte 2 fois par mois en privé.

Le week-end dernier, je me connecte mais ma camgirl préférée était indisponible (pour cause de tournage). Déçu, j’ai décidé de regarder quand même les autres camgirls en live.

J’ai de suite été attirée par une annonce intitulée « live sex cam arabe ». J’ai cliqué et je suis tombé sur une bombasse anatomique ! Un vrai avion de chasse. Une sublime jeune femme arabe (bref une beurette), très typée (brune, basanée, et de grands yeux noirs), avec un sourire éclatant, une paire de seins enooorme, et une cambrure bandante. Et ce qui a fini de me faire craquer, c’est la décoration de la pièce où elle s’exhibe, entièrement sur le thème des 1001 nuits. Dépaysement garanti. Cette nuit là, j’ai passé 2h en privé avec elle. J’ai déliré avec elle, l’admirer sous toutes les coutures. Elle m’a fait un show avec ses godes où elle s’est totalement lâchée, c’était le pied absolu. D’ailleurs, ce week-end j’ai déjà prévu d’y retourner. Je deviens infidèle lol.

A lire également : Une bonne pipe taillée par SabrinaCocufié par ma beurette

 

Commentaire (0) Clics: 307

J’ai longtemps été adepte des rubriques témoignages sexo des magazines féminin (et d’un en particulier). Y lire les confidences de mecs et de nanas qui peuvent être mes potes ou mes voisins, ça m’éclate. Mais il manque un petit quelque chose de croustillant. A la longue, ça devient fade. C’est en lisant un tweet d’un blogueuse que j’ai découvert histoires libertines et le confessionnal. Je ne vais pas mentir, je suis devenue complètement accro aux histoires de sexe et surtout au confessionnal !

Il m’est arrivé récemment deux aventures assez sympa et j’ai eu envie de livrer ces confessions érotiques  aux lecteurs d’histoires libertines.

Cela s’est passé il y a quelques semaines. Je venais de rompre avec Romain après un an ensemble. Je devais passer chez sa mère pour récupérer 2-3 affaires. J’avais calé un rdv avec mon ex pour ne pas déranger. Je passais, il me tendait la boite avec mes affaires et je me cassais. Quand je me suis pointée, cette truffe était absente (super courageux ce mec) et c’est sa mère qui m’a ouvert. Apparemment, elle n’était pas au courant que je venais. Elle sortait de la douche et avait enfilé un peignoir pour ouvrir. J’étais très gênée et j’ai proposé de repasser. Elle m’a au contraire invitée à entrer et m’a proposé de boire un café.

Nous nous sommes retrouvées sur le canapé à papoter et forcément je suis revenue sur la rupture avec son fils. Et forcément, j’ai fondu en larmes et elle m’a prise dans ses bras. Me voilà, réconfortée dans les bras de la mère de mon ex, la tête sur sa poitrine. Je me calme peu à peu. L’odeur de son parfum commence à m’enivrer. Je sens sa peau douce sur la mienne, Je suis bien. Pour une raison inconnue, je me suis mise à embrasser ses seins tendrement puis à les caresser. Pour une raison inconnue, elle ne m’en a pas empêchée. J’ai sorti ses seins imposants du peignoir et je les ai cajolés. Les gémissements de Nathalie m’encourageaient à continuer et à découvrir son corps langoureusement. Je me suis retrouvée pour la première entre les cuisses d’une femme et devant un sexe féminin. Ne sachant que faire, je lui ai fait ce que j’aurais aimé qu’elle me fasse. Bien m’en a pris, elle a jouit très vite. Ses cris de plaisir m’ont ramenés à la raison et je suis partie précipitamment. Je n’ai jamais osé rappeler mon ex ou sa mère, ni même passer récupérer mes affaires.

A lire également : Je me suis tapée le plombierSieste crapuleuse

Commentaire (0) Clics: 406

Bonjour Amandine, c’est Aurélie 26 ans de Paris. Je t’envoie ce mail car je sais que ton site est l’endroit idéal pour raconter ses fantasmes  et depuis que je suis adolescente, j’ai un fantasme qui me hante et que j’ai enfin pu réaliser. J’espère que ce qui va suivre te plaira et que je serai publiée sur histoires libertines.

Je ne vais pas tourner autour du pot plus longtemps : je fantasme sur les pompiers.  Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils sont sportifs, bien foutus, courageux, et je craque sur leur uniforme.

Un soir, je rentrais du boulot et dans le hall de l’immeuble, un pompier m’a bousculée par inadvertance. J’ai fini sur les fesses. Il s’est excusé et m’a aidé à me relever. Il venait de finir une intervention chez une voisine et il était pressé car une autre urgence l’attendait (lui et ses collègues).

Il m’a demandé mon 06 pour m’inviter à boire un verre pour s’excuser pour son geste. J’ai évidemment accepté. Dans la soirée, il m’a envoyé un message via what’s app et nous avons convenu d’un rendez-vous chez moi (il connaissait déjà l’adresse).

Le jour J, j’ai accueilli mon beau pompier en nuisette, bas et escarpins. La sonnette a retentit et quelle ne fut pas ma surprise de voir non pas un mais trois bogoss. Manu (mon pompier) avait emmené deux collègues (j’ai oublié de demander pourquoi d’ailleurs).

On s’est assis sur le canapé et très vite mes invités ont eu les mains baladeuses. Je me suis retrouvée à rouler des pelles d’enfer à Manu pendant qu’un se de compagnon me malaxait les seins et que le dernier me bouffait le minou. J’étais en transe et je me sentais femelle assaillie par trois beaux mâles. Je me laissais totalement aller. Une fois ces mises en bouches faites, on s’est dessapé et on a filé dans ma chambre (heureusement j’ai un lit king size pour accueillir mes trois lascars. Je me suis allongée sur le dos et j’ai commencé à sucer Manu. Laurent s’est mis entre mes cuisses pour faire jouer sa langue sur mon clito. J’ai invité Arnaud à nous rejoindre et je suçais deux queues à tour de rôle.

Ensuite je me suis retrouvée en levrette furieusement pilonnée par Manu pendant que je suçais ses potes. Un vrai délice. Ils m’ont ensuite proposé une double. J’ai accepté avec un peu d’appréhension car c’était une première. Je me suis empalée sur la belle queue de Manu et Arnaud s’est placé derrière moi pour me préparer la rondelle. Le salaud ! Sa bouche et ses doigts ont provoqué en moi des sensations qui combinées à la queue de Manu bien calée dans ma chatte, m’ont fait jouir. Autant dire que la pénétration anale s’est faite sans difficulté.

Putain quel pied d’avoir une queue dans la chatte et une autre dans le cul. Et quand elles entament un va et vient coordonné, c’est l’extase assuré. Laurent n’est pas resté inactif puisqu’il m’a baisé la bouche. Nous avons remis ça, une deuxième fois pour chaque mec puisse profiter de mes orifices et moi de leurs belles queues.

Après cela, nous ne nous sommes pas revus. Mais quel souvenir !

A lire également : En mode chaudassePrise dans l'escalier

Commentaire (0) Clics: 223

Bonjour, je m’appelle Sylvain et il m’est arrivé une expérience sexuelle assez incroyable, je me suis fait sucer par deux filles en même temps. Je sais que pour beaucoup de lecteurs, c’est un classique mais pour moi, du haut de mes 20 ans, c’est le kiff total. Surtout que je ne l’avais pas du tout prévu, ni même cherché.

Une après-midi de Juillet, alors que je glandais devant l’écran de ma tablette, j’ai reçu un what’sapp de Sab, une copine de fac avec qui je baise de temps en temps. Elle me proposait de venir la rejoindre au bord de sa piscine, elle était seule et s’ennuyait. J’ai de suite accepté.

Une heure plus tard, me voilà qui débarque chez Sab, vêtu d’un polo, un short de tong. Bref le parfait vacancier. Sab m’a ouvert, elle ne portait qu’un petit tee shirt rose et un micro short en jean bien moulant. En la voyant, j’ai bandé direct.

Elle m’a accompagné au bord de la piscine, où sur un transat, se trouvait une jolie fille blonde qui avait l’air triste. Sab, m’a expliqué qu’il s’agissait de sa meilleure amie, Déborah et qu’elle venait de se faire larguer par son mec. Sab a fait les présentations et elle est partie chercher des rafraîchissements. J’en ai profité pour parlé à Débo et essayer de la réconforter. Je l’ai complimenté sur son physique et lui ai dit que son mec était un idiot (je sais c’est banal mais ça a marché !).

Débo a remarqué la bosse dans mon pantalon, et a voulu avoir confirmation que c’était elle qui l’avait provoquée. Forcément j’ai dit oui ! Elle m’a expliqué que son ex n’arrêtait pas de lui faire des réflexions désagréables sur son physique et qu’il trouvait qu’elle suçait mal. Elle m’a demandé ce que j’en pensais. Elle s’est mise à se désaper et s’est retrouvée en bikini devant moi. Autant vous dire que je bandais comme un ouff ! Elle a rit en voyant ma bosse encore plus prononcée. Elle s’est assise sur le transat et a baissé mon short et mon boxer de bain. Elle a caressé mon sexe et l’a enfourné dans sa bouche. Passé l’effet de surprise, j’ai profité un max de cette petite pipe. Et je félicitais Débo pour la qualité de sa pipe.

Sab nous a rejoins. Elle nous matait en se caressant les seins. Je lui ai spontanément proposé de nous rejoindre. Elle s’est assise à côté de Débo et a commencé à jouer avec mes bourses. Débo lui a passé ma queue et Sab m’a pompé avec délicatesse. Elles se sont échangées plus mon sexe avant de se le partager. J’étais aux anges. En les regardant, me sucer toutes les deux, je me disais que j’étais un mec chanceux. Quand elles ont sucé mon gland ensemble, je n’ai pas pu me retenir et j’ai joui. Sab a pris ma décharge en bouche. Elle a ensuite roulé une grosse pelle à Débo.

Il y a une suite que je vous raconterai très vite…

A lire également  : Concours de fellationFellation du lundi matin

 

 

Commentaire (0) Clics: 285

Amis libertins, je vous salue. Je m’appelle Brigitte, j’ai 52 ans et j’habite près de Lyon. Je suis libertine depuis bientôt… plusieurs dizaines d’années. J’ai été initiée à l’époque par mon défunt époux Charles. C’est lui qui m’a dépucelée, et qui m’a fait découvrir les plaisirs de la chaire. Il m’a quelque peu modelée pour son plaisir mais sans jamais oublier le mien. Quand il a estimé que j’étais prête, il m’a emmenée dans une « boite à partouze » tenue par un de ses copains. D’abord, il m’a baisée devant des inconnus. C’est là que j’ai découvert mon penchant exhibitionniste. De voir ces hommes et ces femmes nous observer pendant que je me faisais prendre, a décuplé mes envies et la puissance de mes orgasmes. Cette nuit là, je suis devenue insatiable, j’en ai épuisé Charles. Ce n’est qu’au bout de quelques soirées dans ce club, que mon époux a consenti à me laisser batifoler avec d’autres que lui. Mais c’est toujours resté sage, des trios (toujours avec Charles) soit avec un homme ou une femme.

Je me suis retrouvée veuve, il y a quelques années. Et après, plusieurs années d’abstinence. J’ai décidé de batifoler à nouveau pour me sentir vivre et exister. Le club de l’ami de mon mari ayant fermé ces portes, je me suis inscrite sur un site libertin. J’ai sympathisé avec un couple que j’ai vu et revu à maintes reprises. Grâce à aux, j’ai repris goût aux plaisirs sexuels. La semaine dernière, ils m’ont invité à une soirée privée qu’ils organisaient avec des amis libertins à eux. Pour l’occasion, ils avaient loué une superbe villa avec piscine.

Quand je suis arrivée, j’ai été accueillie par Toni et Céline (mes amis et organisateurs de la soirée). Très vite, nous nous sommes retrouvés dans la piscine à échanger. Au bout de quelques minutes, un homme nous a rejoints. Il s’appelait Thierry et était un ami (lui aussi) de Céline et Toni. IL m’a proposé de le rejoindre lui et ses amis, pour un gang bang. Ils avaient envie de « défoncer une cougar BCBG » (ce sont ses mots). J’ai décidé de relever le défi. Je suis passé dans une chambre pour me mettre en tenue et à ma surprise, une combinaison résille était à ma disposition. Je l’ai enfilée et je me suis rendue dans la pièce où m’attendaient 5 jeunes hommes (un peu lookés « cité » mais bien bâtis et surtout bien membrés). Mais ce qui a attiré mon attention, ce sont les bruits de la pièce voisine, très clairement une femme se faisait « démonter ». Là Thierry, m’a expliqué que son équipe finissait une audacieuse et qu’ils nous rejoindraient ensuite pour me finir.

J’ai éclaté de rire et me suis allongée sur le matelas. Jambes grandes ouvertes. Et là, ce fut un déferlement de testostérone et de BAISE. Les 5 m’ont entrepris en même temps, surprise, je n’ai plus que lâcher prise et me laisser aller. Une bouche sur chaque sein, une langue sur ma chatte, un sexe dans la bouche et un dans la main. Une gifle ou un tirage de cheveux si je ne m’appliquais pas assez. Ils changeant de rôle avec une précision phénoménale. Un vrai ballet ! Ensuite, leurs queues m’ont envahie. Une dans chaque main, une dans la bouche, et une double pénétration en prime. Cela a pris du temps mais je les ai tous vidangés et j’ai multiplié les orgasmes. J’étais crevée mais comblée. Mes 5 amants quand à eux étaient épuisés et ils m’ont applaudis compte tenu de mes talents de baiseuse. Nous avons bu une coupe de champagne, histoire de nous requinquer. C’est alors que sont arrivés, 3 beau blacks TTBM et très en forme. C’était la fameuse deuxième équipe chargée de m’achever.

J’ai pris les choses en main et je les ai sucés et branlés pour qu’ils comprennent à qui ils avaient affaire. Ils se sont laissés faire et ensuite ce fut un vrai feu d’artifesses ! Jamais je n’avais autant joui de ma vie. Je me suis senti jouet sexuel entre leurs corps. Et nous avons baisé (oui c’est le mot) jusqu’au petit matin et jusqu’à épuisement.

Il m’a fallut dix jours pour m’en remettre. Mais depuis, j’invite régulièrement les membres du groupe à venir s’occuper de moi….

A lire également : Un gang bang très hardGang Bang improvisé pendant France-Allemagne

 

Commentaire (0) Clics: 448
Ce site internet est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes et images réservé à un public adulte et peut heurter certains sensibilités.
 
Je certifie sur l'honneur : Être légalement majeur(e) dans mon pays de résidence. Que les lois de mon état ou mon pays m'autorisent à accéder à ce site.
  Être informé du caractère pornographique du serveur auquel j'accède. Je déclare n'être choqué par aucun type de sexualité et m'interdit de poursuivre les auteurs d' histoires libertines.
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs afin réaliser des statistiques de visites.
J'ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur Entrer. Si je n'approuve pas, ou si je ne peux pas approuver, je quitte ce site en cliquant sur Sortir
 

Entrer sur le site
Quitter le site