Connexion  \/ 
x
S'inscrire
x

Derniers Articles

Salut la planète libertine, je m’appelle Téo, j’ai 28 ans et j’habite en Savoie. J’ai eu envie de prendre mon clavier pour partager avec vous, une de mes (rares) expériences sexuelles. Je suis le stéréotype  du « Nolife ». Je bosse comme cadre dans une boite qui fabrique du matos de ski et quand je rentre chez moi, je m’installe pour jouer aux jeux vidéos en ligne (vous précisez lequel n’a absolument aucun intérêt dans cette histoire) jusqu’à pas d’heure. Bref, pas le temps d’avoir de nana et j’avoue que ce n’est pas ma priorité. Après, j’ai des besoins à satisfaire et je me mate un petit porno de tems à autre (ok, plusieurs fois par semaine). Je suis fan d’une actrice porno et en faisant une recherche concernant sa filmographie, j’ai vu qu’elle faisait des shows webcam.

En plus, de faire du porno la belle s’exhibe sans retenue en live par cam. J’ai donc tenté l’expérience. Je me suis inscrit sur le site de live show par webcam. J’ai sélectionné la camgirl (vous avez deviné laquelle) et j’ai payé pour pouvoir passer une demi-heure en privé avec elle. Ca a été incroyable comme expérience. La miss a été super sympa, à l’écoute, disponible et sensuelle. Depuis, je me connecte 2 fois par mois en privé.

Le week-end dernier, je me connecte mais ma camgirl préférée était indisponible (pour cause de tournage). Déçu, j’ai décidé de regarder quand même les autres camgirls en live.

J’ai de suite été attirée par une annonce intitulée « live sex cam arabe ». J’ai cliqué et je suis tombé sur une bombasse anatomique ! Un vrai avion de chasse. Une sublime jeune femme arabe (bref une beurette), très typée (brune, basanée, et de grands yeux noirs), avec un sourire éclatant, une paire de seins enooorme, et une cambrure bandante. Et ce qui a fini de me faire craquer, c’est la décoration de la pièce où elle s’exhibe, entièrement sur le thème des 1001 nuits. Dépaysement garanti. Cette nuit là, j’ai passé 2h en privé avec elle. J’ai déliré avec elle, l’admirer sous toutes les coutures. Elle m’a fait un show avec ses godes où elle s’est totalement lâchée, c’était le pied absolu. D’ailleurs, ce week-end j’ai déjà prévu d’y retourner. Je deviens infidèle lol.

A lire également : Une bonne pipe taillée par SabrinaCocufié par ma beurette

 

Commentaire (0) Clics: 154

J’ai longtemps été adepte des rubriques témoignages sexo des magazines féminin (et d’un en particulier). Y lire les confidences de mecs et de nanas qui peuvent être mes potes ou mes voisins, ça m’éclate. Mais il manque un petit quelque chose de croustillant. A la longue, ça devient fade. C’est en lisant un tweet d’un blogueuse que j’ai découvert histoires libertines et le confessionnal. Je ne vais pas mentir, je suis devenue complètement accro aux histoires de sexe et surtout au confessionnal !

Il m’est arrivé récemment deux aventures assez sympa et j’ai eu envie de livrer ces confessions érotiques  aux lecteurs d’histoires libertines.

Cela s’est passé il y a quelques semaines. Je venais de rompre avec Romain après un an ensemble. Je devais passer chez sa mère pour récupérer 2-3 affaires. J’avais calé un rdv avec mon ex pour ne pas déranger. Je passais, il me tendait la boite avec mes affaires et je me cassais. Quand je me suis pointée, cette truffe était absente (super courageux ce mec) et c’est sa mère qui m’a ouvert. Apparemment, elle n’était pas au courant que je venais. Elle sortait de la douche et avait enfilé un peignoir pour ouvrir. J’étais très gênée et j’ai proposé de repasser. Elle m’a au contraire invitée à entrer et m’a proposé de boire un café.

Nous nous sommes retrouvées sur le canapé à papoter et forcément je suis revenue sur la rupture avec son fils. Et forcément, j’ai fondu en larmes et elle m’a prise dans ses bras. Me voilà, réconfortée dans les bras de la mère de mon ex, la tête sur sa poitrine. Je me calme peu à peu. L’odeur de son parfum commence à m’enivrer. Je sens sa peau douce sur la mienne, Je suis bien. Pour une raison inconnue, je me suis mise à embrasser ses seins tendrement puis à les caresser. Pour une raison inconnue, elle ne m’en a pas empêchée. J’ai sorti ses seins imposants du peignoir et je les ai cajolés. Les gémissements de Nathalie m’encourageaient à continuer et à découvrir son corps langoureusement. Je me suis retrouvée pour la première entre les cuisses d’une femme et devant un sexe féminin. Ne sachant que faire, je lui ai fait ce que j’aurais aimé qu’elle me fasse. Bien m’en a pris, elle a jouit très vite. Ses cris de plaisir m’ont ramenés à la raison et je suis partie précipitamment. Je n’ai jamais osé rappeler mon ex ou sa mère, ni même passer récupérer mes affaires.

A lire également : Je me suis tapée le plombierSieste crapuleuse

Commentaire (0) Clics: 211

Bonjour Amandine, c’est Aurélie 26 ans de Paris. Je t’envoie ce mail car je sais que ton site est l’endroit idéal pour raconter ses fantasmes  et depuis que je suis adolescente, j’ai un fantasme qui me hante et que j’ai enfin pu réaliser. J’espère que ce qui va suivre te plaira et que je serai publiée sur histoires libertines.

Je ne vais pas tourner autour du pot plus longtemps : je fantasme sur les pompiers.  Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils sont sportifs, bien foutus, courageux, et je craque sur leur uniforme.

Un soir, je rentrais du boulot et dans le hall de l’immeuble, un pompier m’a bousculée par inadvertance. J’ai fini sur les fesses. Il s’est excusé et m’a aidé à me relever. Il venait de finir une intervention chez une voisine et il était pressé car une autre urgence l’attendait (lui et ses collègues).

Il m’a demandé mon 06 pour m’inviter à boire un verre pour s’excuser pour son geste. J’ai évidemment accepté. Dans la soirée, il m’a envoyé un message via what’s app et nous avons convenu d’un rendez-vous chez moi (il connaissait déjà l’adresse).

Le jour J, j’ai accueilli mon beau pompier en nuisette, bas et escarpins. La sonnette a retentit et quelle ne fut pas ma surprise de voir non pas un mais trois bogoss. Manu (mon pompier) avait emmené deux collègues (j’ai oublié de demander pourquoi d’ailleurs).

On s’est assis sur le canapé et très vite mes invités ont eu les mains baladeuses. Je me suis retrouvée à rouler des pelles d’enfer à Manu pendant qu’un se de compagnon me malaxait les seins et que le dernier me bouffait le minou. J’étais en transe et je me sentais femelle assaillie par trois beaux mâles. Je me laissais totalement aller. Une fois ces mises en bouches faites, on s’est dessapé et on a filé dans ma chambre (heureusement j’ai un lit king size pour accueillir mes trois lascars. Je me suis allongée sur le dos et j’ai commencé à sucer Manu. Laurent s’est mis entre mes cuisses pour faire jouer sa langue sur mon clito. J’ai invité Arnaud à nous rejoindre et je suçais deux queues à tour de rôle.

Ensuite je me suis retrouvée en levrette furieusement pilonnée par Manu pendant que je suçais ses potes. Un vrai délice. Ils m’ont ensuite proposé une double. J’ai accepté avec un peu d’appréhension car c’était une première. Je me suis empalée sur la belle queue de Manu et Arnaud s’est placé derrière moi pour me préparer la rondelle. Le salaud ! Sa bouche et ses doigts ont provoqué en moi des sensations qui combinées à la queue de Manu bien calée dans ma chatte, m’ont fait jouir. Autant dire que la pénétration anale s’est faite sans difficulté.

Putain quel pied d’avoir une queue dans la chatte et une autre dans le cul. Et quand elles entament un va et vient coordonné, c’est l’extase assuré. Laurent n’est pas resté inactif puisqu’il m’a baisé la bouche. Nous avons remis ça, une deuxième fois pour chaque mec puisse profiter de mes orifices et moi de leurs belles queues.

Après cela, nous ne nous sommes pas revus. Mais quel souvenir !

A lire également : En mode chaudassePrise dans l'escalier

Commentaire (0) Clics: 117

Bonjour, je m’appelle Sylvain et il m’est arrivé une expérience sexuelle assez incroyable, je me suis fait sucer par deux filles en même temps. Je sais que pour beaucoup de lecteurs, c’est un classique mais pour moi, du haut de mes 20 ans, c’est le kiff total. Surtout que je ne l’avais pas du tout prévu, ni même cherché.

Une après-midi de Juillet, alors que je glandais devant l’écran de ma tablette, j’ai reçu un what’sapp de Sab, une copine de fac avec qui je baise de temps en temps. Elle me proposait de venir la rejoindre au bord de sa piscine, elle était seule et s’ennuyait. J’ai de suite accepté.

Une heure plus tard, me voilà qui débarque chez Sab, vêtu d’un polo, un short de tong. Bref le parfait vacancier. Sab m’a ouvert, elle ne portait qu’un petit tee shirt rose et un micro short en jean bien moulant. En la voyant, j’ai bandé direct.

Elle m’a accompagné au bord de la piscine, où sur un transat, se trouvait une jolie fille blonde qui avait l’air triste. Sab, m’a expliqué qu’il s’agissait de sa meilleure amie, Déborah et qu’elle venait de se faire larguer par son mec. Sab a fait les présentations et elle est partie chercher des rafraîchissements. J’en ai profité pour parlé à Débo et essayer de la réconforter. Je l’ai complimenté sur son physique et lui ai dit que son mec était un idiot (je sais c’est banal mais ça a marché !).

Débo a remarqué la bosse dans mon pantalon, et a voulu avoir confirmation que c’était elle qui l’avait provoquée. Forcément j’ai dit oui ! Elle m’a expliqué que son ex n’arrêtait pas de lui faire des réflexions désagréables sur son physique et qu’il trouvait qu’elle suçait mal. Elle m’a demandé ce que j’en pensais. Elle s’est mise à se désaper et s’est retrouvée en bikini devant moi. Autant vous dire que je bandais comme un ouff ! Elle a rit en voyant ma bosse encore plus prononcée. Elle s’est assise sur le transat et a baissé mon short et mon boxer de bain. Elle a caressé mon sexe et l’a enfourné dans sa bouche. Passé l’effet de surprise, j’ai profité un max de cette petite pipe. Et je félicitais Débo pour la qualité de sa pipe.

Sab nous a rejoins. Elle nous matait en se caressant les seins. Je lui ai spontanément proposé de nous rejoindre. Elle s’est assise à côté de Débo et a commencé à jouer avec mes bourses. Débo lui a passé ma queue et Sab m’a pompé avec délicatesse. Elles se sont échangées plus mon sexe avant de se le partager. J’étais aux anges. En les regardant, me sucer toutes les deux, je me disais que j’étais un mec chanceux. Quand elles ont sucé mon gland ensemble, je n’ai pas pu me retenir et j’ai joui. Sab a pris ma décharge en bouche. Elle a ensuite roulé une grosse pelle à Débo.

Il y a une suite que je vous raconterai très vite…

A lire également  : Concours de fellationFellation du lundi matin

 

 

Commentaire (0) Clics: 177

Amis libertins, je vous salue. Je m’appelle Brigitte, j’ai 52 ans et j’habite près de Lyon. Je suis libertine depuis bientôt… plusieurs dizaines d’années. J’ai été initiée à l’époque par mon défunt époux Charles. C’est lui qui m’a dépucelée, et qui m’a fait découvrir les plaisirs de la chaire. Il m’a quelque peu modelée pour son plaisir mais sans jamais oublier le mien. Quand il a estimé que j’étais prête, il m’a emmenée dans une « boite à partouze » tenue par un de ses copains. D’abord, il m’a baisée devant des inconnus. C’est là que j’ai découvert mon penchant exhibitionniste. De voir ces hommes et ces femmes nous observer pendant que je me faisais prendre, a décuplé mes envies et la puissance de mes orgasmes. Cette nuit là, je suis devenue insatiable, j’en ai épuisé Charles. Ce n’est qu’au bout de quelques soirées dans ce club, que mon époux a consenti à me laisser batifoler avec d’autres que lui. Mais c’est toujours resté sage, des trios (toujours avec Charles) soit avec un homme ou une femme.

Je me suis retrouvée veuve, il y a quelques années. Et après, plusieurs années d’abstinence. J’ai décidé de batifoler à nouveau pour me sentir vivre et exister. Le club de l’ami de mon mari ayant fermé ces portes, je me suis inscrite sur un site libertin. J’ai sympathisé avec un couple que j’ai vu et revu à maintes reprises. Grâce à aux, j’ai repris goût aux plaisirs sexuels. La semaine dernière, ils m’ont invité à une soirée privée qu’ils organisaient avec des amis libertins à eux. Pour l’occasion, ils avaient loué une superbe villa avec piscine.

Quand je suis arrivée, j’ai été accueillie par Toni et Céline (mes amis et organisateurs de la soirée). Très vite, nous nous sommes retrouvés dans la piscine à échanger. Au bout de quelques minutes, un homme nous a rejoints. Il s’appelait Thierry et était un ami (lui aussi) de Céline et Toni. IL m’a proposé de le rejoindre lui et ses amis, pour un gang bang. Ils avaient envie de « défoncer une cougar BCBG » (ce sont ses mots). J’ai décidé de relever le défi. Je suis passé dans une chambre pour me mettre en tenue et à ma surprise, une combinaison résille était à ma disposition. Je l’ai enfilée et je me suis rendue dans la pièce où m’attendaient 5 jeunes hommes (un peu lookés « cité » mais bien bâtis et surtout bien membrés). Mais ce qui a attiré mon attention, ce sont les bruits de la pièce voisine, très clairement une femme se faisait « démonter ». Là Thierry, m’a expliqué que son équipe finissait une audacieuse et qu’ils nous rejoindraient ensuite pour me finir.

J’ai éclaté de rire et me suis allongée sur le matelas. Jambes grandes ouvertes. Et là, ce fut un déferlement de testostérone et de BAISE. Les 5 m’ont entrepris en même temps, surprise, je n’ai plus que lâcher prise et me laisser aller. Une bouche sur chaque sein, une langue sur ma chatte, un sexe dans la bouche et un dans la main. Une gifle ou un tirage de cheveux si je ne m’appliquais pas assez. Ils changeant de rôle avec une précision phénoménale. Un vrai ballet ! Ensuite, leurs queues m’ont envahie. Une dans chaque main, une dans la bouche, et une double pénétration en prime. Cela a pris du temps mais je les ai tous vidangés et j’ai multiplié les orgasmes. J’étais crevée mais comblée. Mes 5 amants quand à eux étaient épuisés et ils m’ont applaudis compte tenu de mes talents de baiseuse. Nous avons bu une coupe de champagne, histoire de nous requinquer. C’est alors que sont arrivés, 3 beau blacks TTBM et très en forme. C’était la fameuse deuxième équipe chargée de m’achever.

J’ai pris les choses en main et je les ai sucés et branlés pour qu’ils comprennent à qui ils avaient affaire. Ils se sont laissés faire et ensuite ce fut un vrai feu d’artifesses ! Jamais je n’avais autant joui de ma vie. Je me suis senti jouet sexuel entre leurs corps. Et nous avons baisé (oui c’est le mot) jusqu’au petit matin et jusqu’à épuisement.

Il m’a fallut dix jours pour m’en remettre. Mais depuis, j’invite régulièrement les membres du groupe à venir s’occuper de moi….

A lire également : Un gang bang très hardGang Bang improvisé pendant France-Allemagne

 

Commentaire (0) Clics: 217

Kikou à tous les libertins, je suis fan du site et j’avoue que lire les confessions des internautes alimente mes fantasmes, créé de réels désirs et me fait mouiller terriblement. Jusqu’à la rentrée, je menais une vie mémérisante avec mon (ex) copain qui me prenait en missionnaire tous les mardi soir et … c’est tout ! L’orgasme n’était qu’un mot, un rêve. Et puis à la rentrée, j’ai décidé de changer de vie. J’ai plaqué mon mec, j’ai quitté la fac pour faire une école de commerce, je me suis relookée et j’ai eu envie de gouter à de nouveaux plaisirs, enfin au plaisir surtout à 25 ans !

Je vais être honnête, je n’avais absolument pas envie de m’engager dans un truc sérieux, j’avais juste envie de légèreté. Je me suis donc documentée sur le sujet et je suis tombée sur ton site au gré de mes surfs webistiques. Les récits des internautes m’ont convaincu de m’inscrire sur un site de rencontres sans lendemain. Et là ce fut le choc ! En moins d’une heure, j’ai eu plus de 200 messages. Le plus dur a été de faire le tri et de choisir le bon prétendant.

Après avoir échangé avec quelques mecs, j’ai fait un skype avec Lucas, un beau métis franco sénégalais. On s’est donné rendez-vous le lendemain dans un bar. Je vous passe les détails. On s’est vite retrouvé chez lui. A croire qu’il n’a pas résisté à ma minijupe et à mon chemisier que je portais sans soutif.

Alors comment c’était avec Lucas ? Comment dire … Le pied ! Il embrassait comme un dieu, il a pris le temps de caresser mon corps (je crois qu’aucune partie n’a échappé à ses doigts). Il m’a offert mon premier cunni (j’ai découvert le sens du mot orgasme) et il m’a prise dans plein de positions (j’en ai eu le tournis) et j’ai été secouée par deux orgasmes. Ensuite, on s’est quitté. Fin.

Enfin, pas tout à fait. En sortant chez Lucas, j’ai reçu un message de Max qui m’a invitée à boire un verre. J’ai accepté. Et je me suis tapée Max, une heure après dans sa voiture.

Autant dire que le lendemain, j’étais courbaturée de partout et que mon minou était douloureux. Mais que de plaisir pris en si peu de temps. Depuis un mois maintenant, je suis en mode chaudasse, et je change de mec tous les soirs.

A lire également : Karima, baisée par 3 mecs dans une caveUn Jack Daniels et une pipe : le secret d'un couple heureux ?

 

Commentaire (0) Clics: 121

Bonjour Amandine, je me décide à passer au « confesse » pour partager l’anniversaire très très hot et sexy que j’ai organisé pour les 29 printemps de ma chérie, Céline. Au fait, moi, c’est Tom.

Pour être sûr de ne pas me louper, j’avais bâti un rétro-planning hyper précis (déformation professionnelle, je suis ingénieur). Une semaine avant, j’ai réservé une table dans un restaurant flottant sur les bords de la Garonne. J’ai également commandé sur un love shop en ligne, une robe moulante très glamour (mais pas vulgaire), et un ensemble hyper sexy (soutif, string, porte-jarretelles, bas).

Le colis est arrivé sous 72h. J’ai reconditionné le contenu  pour le mettre dans une jolie boite. J’ai ensuite déposé le tout chez une société de coursiers pour livraison le jour J au bureau de Céline (elle dirige une agence immobilière). Je suis également passé chez le fleuriste pour commander 29 roses rouges à livrer le jour J.

Le jour J est arrivé. Et vers midi, je reçois un message de ma chérie qui est toute excitée par le double combo (fleur+tenue). Je l’ai achevée en lui donnant rdv sur le bateau-restaurant (gastronomique).

Je ne cache pas que j’ai compté chaque seconde qui me rapprochait de l’heure fatidique du rdv. Je suis arrivé avec 1h d’avance au resto. J’ai patienté au bar en buvant quelques coupes. Je discutais avec le barman quand tout à coup j’ai vu ma chérie arriver. Et là, j’ai eu la gaule directe ! Le barman m’a même félicité pour la beauté de ma femme. Et vu le regard des hommes, j’avais à mon bras la plus désirable des femmes.

Pendant le diner, je lui ai lancé un défi, celui d’aller aux toilettes, retirer son string et de me le donner ensuite à table. Défi relevé à la perfection. Ensuite, la fin du repas a été un véritable enfer puisque Céline, en véritable diablesse, n’a pas arrêté de me faire du pied (allant même jusqu’à me masser la queue avec ses orteils à travers mon pantalon). Comment vous dire que le dessert a été vite expédié et nous sommes partis. Une fois à l’intérieur de la voiture, Céline m’a littéralement dévoré la bouche avant de se jeter sur mon sexe et me tailler une pipe de folie. J’ai explosé dans sa bouche en moins de deux minutes. Ce soir là, j’ai pris le temps de respecter les feux puisqu’à chaque fois que le feu était rouge ou orange, je plongeais ma main sous la robe de Céline pour jouer avec son minou pendant qu’elle me roulait des pelles à m’en décrocher les amygdales.

Quand nous sommes rentrés,  je l’ai prise direct contre la porte, puis en levrette dans le couloir. Quand nous avons atteint le lit, nous avons fait l’amour (quoique je pourrai dire baiser) comme des bêtes de manière intense et intensive jusqu’au petit matin…

A lire également : Double pénétration à gogoLivraison de fleurs - La soumission de K - chapitre 3

Commentaire (0) Clics: 111

Salut les internautes d’histoires libertines ! Moi c’est Kévin, j’habite dans l’est de la France. Je suis fils de militaire mais j’exerce le métier de coiffeur. J’ai 27 ans et je tiens à partager avec vous la rencontre qui a permis au jeune mec timide que j’étais  de devenir un mec qui assure grave au pieu avec les filles.

Il y a 4 ans, je venais de reprendre un petit salon de coiffure (merci mamie pour ce cadeau). Si tout se passait parfaitement au niveau professionnel, niveau vie privée c’était la cata. Ma meuf m’avait larguée 2 ans plus tôt car je n’assurais pas au lit et depuis c’était le désert. Un jour, j’ai décidé de prendre ma vie sexuelle en main (sans jeu de mots) et j’ai décidé de séduire une femme mûre car selon mes potes  rien ne vaut une cougar pour prendre de l’expérience.

Après m’être inscrit sur un site spécialisé, je suis parti à la chasse avec ma maladresse légendaire. C’est d’ailleurs mon côté gauche qui a séduit Sylvie, un cougar blonde d’une cinquantaine d’années. Nous nous sommes donné rendez-vous au salon pour que je la coiffe.

Rencontre avec une cougar qui sait ce qu’elle veut

Ce jour là, Sylvie avait rdv avec moi à 17h et c’était ma dernière cliente. Une fois, arrivée, je lui ai proposée de baisser le rideau du salon pour être plus tranquilles. Elle a accepté. J’étais nerveux et j’ai enchainé ensuite quelques boulettes (faire tomber le shampoing, mettre l’eau trop froide,…). Ces petites déconvenues ont fait rire Sylvie et le rendez-vous s’est passé au mieux. Une fois la coupe finie, rien ne s’était encore passé. J’étais trop intimidé pour tenter quoique soit. C’est alors que Sylvie a pris les choses en main. Elle m’a regardé dans le miroir et m’a demandé ce que j’attendais. Je me suis mis à bredouiller. Elle a fait pivoter le fauteuil pour se retrouver face à moi. D’un ton sec, elle m’a demandé de me mettre à genoux et de la lécher. Vu que je m’y prenais comme un pied, Sylvie a pris soin de me guider et de me corriger pour que je fasse ce qu’il fallait pour lui donner du plaisir. J’ai mis du temps à trouver son clitoris mais une fois sous la langue, j’ai vite compris comment envoyer ma belle cougar sur la planète orgasme. Le fait de la faire jouir en lui prodiguant un cunni m’a fait prendre confiance. Je me suis ensuite levé et je l’ai plaquée en avant contre le comptoir. Ma cougar a apprécié et m’a laissé les commandes. J’ai joui au bout de 5 coups de rein.

Pour rattraper le coup, elle m’a jeté dans le fauteuil avant de me sucer avec gourmandise. J’ai très vite rebandé. Sylvie s’est empalée sur ma queue et a dirigé longuement les opérations afin de pouvoir jouir deux fois avant que je ne vienne à mon tour.

Mon histoire avec Sylvie a duré une année entière où elle m’a tout appris sur le corps des femmes et la manière de rendre folle une fille au lit. Depuis, j’enchaîne les conquêtes et ma vie sexuelle est au TOP !

A lire également : Ingrid, la cougar françaiseUn gang bang très hard

Commentaire (0) Clics: 90

Ma mère est une ancienne hôtesse de l’air qui a travaillé pour une célèbre compagnie nationale. Autant vous dire que dès le plus jeune âge, j’ai été entouré de femmes séduisantes et toujours impeccablement apprêtées. A la maison, quand ma mère était là, elle recevait ses copines (et collègues). C’était un défilé incessant de femmes mûres, aux mensurations parfaites, à la prestance hors du commun et toujours habillées BCBG sexy. Alors oui, depuis mon enfance, je fantasme sur ces femmes qui pour moi représentent la quintessence de la beauté féminine.

J’ai aujourd’hui 22 ans, ma mère arrive sur la fin de la quarantaine. Elle a changé de job mais elle continue à recevoir ses copines à la maison. Autant vous dire que j’essaie un maximum de squatter le salon pour pouvoir admirer ces splendides femmes matures. Je deviens fou, l’été, quand on les reçoit pour d’interminables pool parties. J’ai même réussi à les filmer discrètement entrain de bronzer seins nus ou faire trempette dans le plus simple appareil. Pour éviter les histoires, je n’ai jamais dragué les amies de maman même si j’ai senti de la part de certaines, une envie de me concernant.

J’ai donc décidé de rencontrer une cougar française  en m’inscrivant sur un site spécialisé. J’ai rapidement sympathisé avec Nathalie, une infirmière rousse de 45 ans. Nous avons décidé de nous voir un samedi après-midi. Je lui ai donné rdv dans un hôtel sur Roissy. Ce qui est très drôle c’est que c’était ma première fois avec une cougar mais c’était la première fois qu’elle allait s’envoyer en l’air avec un lionceau.

Quand elle s’est déshabillée, j’ai manqué d’avoir une attaque cardiaque ! Une vraie bombe anatomique. 1m70 perchée sur 10 cm de talons, de vrais obus (95D), des hanches pulpeuses, une cambrure de malade. Cette merveille était enveloppée dans une guêpière en dentelle noire, avec porte-jarretelles et bas couture. Ma cougar était belle, sexy et pimpante. Bref, hyper bandante. Cela me changeait très clairement des filles que je fréquentais. Certes, elles étaient jolies mais n’avaient ni ce charme ravageur, ni cette aura sexuelle.

Au lit, j’ai pu déguster et jouer avec ses seins hypersensibles. Nathalie a décollé direct et s’est jetée sur ma queue. Quelle bouche, quelles techniques ! Elle a bien dû me faire 7 ou 8 trucs que je ne connaissais pas (mieux que dans un porno). Je crois que le mieux c’est quand elle me regardait avec son regard de furie assoiffée de sexe. J’ai joui dans sa bouche (elle s’est éclipsée pour tout cracher). A son retour, je lui ai sautée dessus pour un 69 débridé où (fier de moi) j’ai réussi à la faire jouir. J’ai découvert à ma grande surprise ce qu’était une femme fontaine. Ce moment de total lâcher-prise, nous a rapprochés. Je l’ai prise ensuite dans diverses positions. Cerise sur le gâteau, je l’ai dépucelée (et moi aussi par la même occasion) en la sodomisant. Wahouuu, quel souvenir…

Elle et moi avons fait l’amour tout un week-end. Je ne l’ai jamais revue. Mais je me suis mis  depuis à rencontrer des cougars françaises. Et notamment, 3 amies de ma mère mais ce sont d’autres histoires…

A lire également : Une belle mère chaude et insatiableIngrid, la cougar française

Commentaire (0) Clics: 110

Aie, aie, aie. Ma baignoire fuit. Le joint doit être mort et j’ignore comment ça se change. Le bricolage et moi, ça fait 2 ! Au fait moi c’est Anne-Marie, j’ai 48 ans, divorcée. Cette fuite, c’est vraiment la tuile ! On est en fin de mois, et les impôts ont mis à mal mon budget. Je décide donc d’appeler Béa. Béa c’est ma copine, un peu fofolle, totalement délurée mais quia toujours des bons plans. Peut-être a-t-elle un ex bricoleur ou plombier ?

Après avoir passé près de deux heures au téléphone à papoter (bein oui, on est deux grandes pipelettes), j’ai obtenu le numéro de téléphone de Claude, un plombier très arrangeant. Ma copine a eu affaire à lui suite à un problème de plomberie et elle l’a réglée en nature. Le bonhomme est loin d’être une gravure de mode (petit, chauve, et rondouillet) mais il est sympathique, drôle et surtout il est plombier. Et puis, me faire réviser la plomberie ne me fera pas de mal, ça fait 6 mois que je n’ai pas baisé.

J’appelle le plombier, en lui précisant que je viens de la part de Béa. Il m’a directement proposé de réparer mon problème et d’être payé en nature. J’ai accepté .2 h plus tard, mon plombier débarque. Je l’ai accueilli en nuisette. Seulement, il n’était pas seul. Il était avec un très jeune homme prénommé Abdel qui m’a tout de suite fait mouiller en le voyant. Je leur ai indiqué mon problème qui a été réglé en quinze minutes.

Une fois fini, je les ai invités à prendre l’apéro avec moi sur le canapé. Pas le temps de les servir, que je me suis retrouvée à 4 pattes sur le canapé avec Claude qui m’a attrapée la tête pour que je le suce pendant qu’Abdel écartait mes fesses pour me lécher. Autant vous dire que je ne contrôlais plus rien et je me suis laissée aller au vouloir de les amants. Je pompais avec frénésie la belle queue de Claude. Pas canon le gars mais une queue appétissante et surtout très bonne. Ses râles de plaisir m’encourageaient à m’appliquer. Pendant ce temps, Abdel n’avait pas perdu de temps. Après m’avoir (trop peu) léchée, il a enfilé une capote et m’a pilonné avec la fougue de son jeune âge. Ce petit con m’a jouir deux fois. Claude a joui avant Abdel. J’ai donc pu déguster cette queue vigoureuse et jeune qui m’avait fait tant de bien. J’ai récolté toute sa semence dont je me suis régalée.

Après, nos cavalcades, nous avons pris l’apéro. Puis mes plombiers sont repartis. Régulièrement, le bel Abdel vient s’assurer que je n’ai pas de problèmes de tuyauterie …

A lire également : Relevé de compteur... EDF, Sodomisée sur le lavabo

 

Voir la vidéo
Commentaire (0) Clics: 182
Ce site internet est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes et images réservé à un public adulte et peut heurter certains sensibilités.
 
Je certifie sur l'honneur : Être légalement majeur(e) dans mon pays de résidence. Que les lois de mon état ou mon pays m'autorisent à accéder à ce site.
  Être informé du caractère pornographique du serveur auquel j'accède. Je déclare n'être choqué par aucun type de sexualité et m'interdit de poursuivre les auteurs d' histoires libertines.
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs afin réaliser des statistiques de visites.
J'ai lu attentivement les paragraphes ci-dessus et signe électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur Entrer. Si je n'approuve pas, ou si je ne peux pas approuver, je quitte ce site en cliquant sur Sortir
 

Entrer sur le site
Quitter le site